Epitaphe pour n’importe qui

Jean Richepin

On ne sait pourquoi cet homme prit naissance.
Et pourquoi mourut-il ? On ne l’a pas connu.
Il vint nu dans ce monde, et, pour comble de chance,
Partit comme il était venu.

La gaîté, le chagrin, l’espérance, la crainte,
Ensemble ou tour à tour ont fait battre son coeur.
Ses lèvres n’ignoraient le rire ni la plainte.
Son oeil fut sincère et moqueur.

Il mangeait, il buvait, il dormait ; puis, morose,
Recommençait encor dormir, boire et manger ;
Et chaque jour c’était toujours la même chose,
La même chose pour changer.

Il fit le bien, et vit que c’était des chimères.
Il fit le mal ; le mal le laissa sans remords.
Il avait des amis ; amitiés éphémères !
Des ennemis ; mais ils sont morts.

Il aima. Son amour d’une autre fut suivie,
Et de plusieurs. Sur tout le dégoût vint s’asseoir.
Et cet homme a passé comme passe la vie
Entrez, sortez, et puis bonsoir !

Jean Richepin, La chanson des gueux

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Epitaphe pour n’importe qui”

  1. Kalite

    dit :

    L’humour morbide convient aux coeurs malades.

  2. Aia

    dit :

    Etonnant! Le credo de ceux qui pensent qu’on vient au monde par hasard, sans utilité aucune et qu’après la mort vient le néant… Ce que personnellement je crains avec l’espoir de me tromper

  3. Nolwenn11111

    dit :

    Oeuvre d’un cynisme perçant, qui résume une vie , banale mais pourtant universelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *