Le temps perdu

René-François Sully Prudhomme

Si peu d’oeuvres pour tant de fatigue et d’ennui !
De stériles soucis notre journée est pleine :
Leur meute sans pitié nous chasse à perdre haleine,
Nous pousse, nous dévore, et l’heure utile a fui…

« Demain ! J’irai demain voir ce pauvre chez lui,
« Demain je reprendrai ce livre ouvert à peine,
« Demain je te dirai, mon âme, où je te mène,
« Demain je serai juste et fort… pas aujourd’hui. »

Aujourd’hui, que de soins, de pas et de visites !
Oh ! L’implacable essaim des devoirs parasites
Qui pullulent autour de nos tasses de thé !

Ainsi chôment le coeur, la pensée et le livre,
Et, pendant qu’on se tue à différer de vivre,
Le vrai devoir dans l’ombre attend la volonté.

René-François Sully Prudhomme, Les vaines tendresses

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Le temps perdu”

  1. Marcelle

    dit :

    Ce poème m’a été offert par une très vieille dame un soir, après mon travail auprès d’elle. Ainsi, tranquillement, alors que je la saluais en lui disant « à demain », elle me le récita! Du bonheur pur.

  2. un amateur

    dit :

    magnifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *