Chanson d’automne

Paul Verlaine

Les sanglots longs
Des violons
De l’automne
Blessent mon coeur
D’une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

Imprimer ce poème

123 commentaires sur “Chanson d’automne”

  1. DRA

    dit :

    Comment les gens peuvent dire que c’est nul ? je ne sais pas. Mais ce que je sais c’est que, quand je l’ai appris en CM2 je ne l’ai pas trouvé hyper bien mais ce dont je me rends compte, c’est que quand je le relis je sais que je m’en rappellerai toujours si je le relis de temps en temps (évidemment).

  2. Bérénice♡

    dit :

    J’aime beaucoup ce poème, je l’ai appris en cm2 et je m’en souviens encore par cœur aujourd’hui. Merci pour ce poème, le plus beau que j’ai appris jusqu’à maintenant.

  3. d#

    dit :

    Ces poèmes sont tous des chef d’oeuvre ! Merci Mr. Verlaine.

  4. Pierrot de (une.

    dit :

    Comme d’hab, mon commentaire non plus ne sera pas publié…

    Merci quand même pour ceux qui le sont !
    Et qui me font bien rigoler !!!!!!!

  5. Pierrot de (une.

    dit :

    Je découvre l’interprétation de Léo Ferré dans le plus grotesque de ses mimes ! Je n’ai pas tout écouté après l’avoir entendu à deux reprises faire boiter les violons de Verlaine, lui Ferré qui écrivit « la mémoire et la mer » : 80 vers sans une erreur! Je suis navré ! Je lui préfère Charles Trenet et sa musique simpliste et monotone!

  6. Verlainejevousdismerde

    dit :

    Il y a vraiment des abrutis qui ne méritent même pas de savoir lire comme l’individu nullissime qui se permet d’écrire, en évoquant ce poème, « c’est nul ».

    Ou encore Lola qui demande ce que signifie « Tout suffocant et blême, je m’en vais ».

    Mais bon sang, les minus, abstenez vous de lire de la poésie, vous savez bien que vous ne savez pas lire et que vous ne pouvez pas comprendre.

  7. Jean-Guillaume

    dit :

    Je ne suis pas trop amateur de poèmes mais là toute la condition humaine est résumée dans ces trois strophes. Verlaine écrit avec son âme et ses mots sont d’une justesse qui font mal, mais du bien également. C’est une claque ce poème. sans égal je pense.

  8. Lydie

    dit :

    J’avais appris ça il y a longtemps mais c’est ce poème qui est resté dans ma mémoire. Bravo pour Paul Verlaine.

  9. Addel

    dit :

    J’en reviens pas des commentaires ! Entre ceux qui ont besoin de dire que c’est beau et ceux qui se prennent pour des grands encyclopédistes, sans oublier ceux qui ne parlent que d’eux-mêmes, la question qui me vient est la suivante : Quelqu’un aujourd’hui sait-il encore apprécier un poème sans y mettre un commentaire ? Le monde entier est-il devenu devenu tellement pusillanime, que chacun a besoin de se répandre dès qu’il le peut ?

  10. Maxime

    dit :

    Rien de plus nul

  11. Le Maine Foucault

    dit :

    J’ai appris ce magnifique poème, au cour préparatoire… j’avais 8 ans, par cœur… interrogée, mauvaise note car je riais. Enfant battue, donc à l’école… j’étais très dissipée.. j’ai souvent connue la porte…

  12. Marie

    dit :

    Ce poème est le seul dont je me souvienne entièrement depuis plus de soixante ans. Malgré sa jeunesse Verlaine reussit à sublimer les affres du grand âge. Qu’en dirait un cardiologue ?

  13. Laurent Bocher

    dit :

    Tes sanglots longs n’y pourront rien changer.

  14. Zigbule

    dit :

    Sacré Verlaine, il a tout copié sur Gainsbourg, « je suis venu te dire que je m’en vais » à moins que ça ne soit l’inverse (hé hé).

    Blague à part, j’adore Verlaine et son poème et j’adore Gainsbourg et particulièrement cette chanson.

  15. eli

    dit :

    Merci pour ce magnifique poème, j’adore. Et puis je suis en train de l’apprendre à l’école. Je suis en cm2.

  16. Sax Power

    dit :

    A ceux qui disent que Verlaine a écrit ce texte après de dures épreuves de la vie ou en prison, que nenni ! Il l’a écrit dans sa jeunesse puisqu’il apparaît dans Poèmes Saturniens, son premier recueil publié à 24 ans, alors qu’il n’avait pour ainsi dire rien connu de la vie. Quant à son surnom/anagramme « Pauvre Lelian » (sans « e »), il l’utilise dans son livre Les poètes Maudits, où il présente des poètes inconnus- dont Rimbaud – et dans la deuxième édition duquel il se présente lui-même sans vraiment le dire, d’où ce subterfuge que les lecteurs, les plus avisés démasqueraient facilement. Quant à Chanson d’automne, c’est une merveille de simplicité, où le génie musical le dispute à la profondeur des émotions exprimées. Une véritable réponse parfaite à la difficile question : « Qu’est-ce que la poésie ? ». Extrait du même recueil, je recommande le sonnet Mon rêve familier, autre grand chef d’oeuvre de Verlaine, qui avait donc écrit 2 de ses tout meilleurs textes dès son premier recueil.

  17. Sergueï

    dit :

    Ce poème est parmi ceux qu’elle aime le plus. Elle est partie pour un très long voyage. Je la rejoins — doucement — en fredonnant ce poème qui me parle des beaux jours, qu’on s’aimera toujours.

  18. ENGER

    dit :

    Pas difficile à apprendre 🙂 merci et je la recommande

  19. Bachir

    dit :

    C’est beau…

  20. EtoileRouge666

    dit :

    Je ne saurais trouver les mots pour définir un poème d’une aussi belle beauté que celui de la chanson d’automne de Verlaine, voici un trésor de la langue française.

  21. Leclercq

    dit :

    Magnifique

  22. Kibboutz

    dit :

    Franchement j’aime trop ce poème. Il est impressionnant et étonnant.

  23. 06.06.1944

    dit :

    Et oui !

  24. Nathacha Colomb

    dit :

    Ce poème est vraiment magnifique !

  25. ABF

    dit :

    Le poème de Verlaine mis en musique par Charles Trenet est une merveille. A découvrir absolument par ceux qui ne connaissent pas. L’orchestation de 1941 est la meilleure avec un passage au saxophone sublime.

  26. Lohier

    dit :

    J’aime les poèmes que l’on apprenait dans les années 50

  27. C’est

    dit :

    C’est nul

  28. LEBAS

    dit :

    Je l’avais dans la tête ce matin, tellement beau en cette saison d’automne.

  29. Omar

    dit :

    Merci Mr Verlaine. Puis je demander que l’on récite ce poème, lorsque je partirais comme une feuille morte.

  30. GUY delbarre

    dit :

    Memor fui dierum antiquorum ; psaume 143 « souviens toi des jours anciens ». Gainsbourg aussi… je suis venu te dire…

  31. Trost

    dit :

    Malou. Les termes du poème n’avaient pas de sens caché pour les résistants. Mais le fait de le diffuser indiquait l’iminence du jour j.

  32. Tristan Le Corre

    dit :

    J’adore Verlaine.

  33. Joseh staline

    dit :

    Ce poème et très beau…

  34. Martin Eau

    dit :

    Je n’avais que 11 ans lorsque ce poème me fut donné à apprendre. Ce fut il y à déjà 7 ans et pourtant j’en frémie encore. De nombreuses émotions, plus indescriptible les unes que les autres me traversent à chaque écoute ou relecture de ce chef-d’œuvre. Merci à vous Monsieur Verlaine pour nous avoir offert ce bijou de la langue Française.

  35. Josue Manigat

    dit :

    Un air frais derriere un bureau trop chargé!

  36. Miss chou

    dit :

    J’ai trop aimé le poème. Ca m’a émerveillé d’un coup.

  37. Roidesrois

    dit :

    Je l’ai appris a l’école en CM2… Je m’en souviens encore, pourtant c’était il y a 40 ans… Je l’ai dédié à mon oncle défunt…

  38. CHRISTIAN HURE

    dit :

    J’ai appris ce poème en primaire et depuis quelques jours il me trotte dans la tête. Je suis à l’automne de ma vie même si je pensée avoir encore un peu de potentiel, j’aimerais qu’il soit récité à ma fin.

  39. Anne

    dit :

    Ce poème me touche au plus profond de mon âme. Je l’aime tendrement et avec acceptance de la petitesse de l’esprit humain qui cherche désespérément à prendre possession de la vie d’artiste. Qu’un pas nous sépare de cette douce mélodie d’automne. Merci à toi qui lis ces quelques mots qui sortent de ma pensée et se posent sur les touches de mon clavier d’ordinateur. A la revoyure

  40. Utilisateur de Google

    dit :

    J’ai déjà appris ce poème et il est magnifique ! Je mets 5 étoiles ⛤⛤⛤⛤⛤ !

  41. Johan

    dit :

    Quel bijoux, une merveille, tous mes honneurs !

  42. Yohann.Dib

    dit :

    Je n’ai que 14 ans mais ce poème est extraordinaire !

  43. KODJIBAYE MIANGARKOH

    dit :

    Les mots de ce poème pouvaient même réveiller un mort. Waouuh!!!

  44. shiraz

    dit :

    Je regardais un lecteur pour lire ce texte de poésie afin de le mémoriser jusqu’à ce que je trouve ce site. Merci infiniment

  45. Jean KUBLER écrivain, Editions JKDC

    dit :

    Verlaine fut ce qu’il fut, n’en reste pas moins ce chef-d’oeuvre d’une beauté simple et magistrale. C’est mon poème de référence.

  46. Léa Miranda

    dit :

    Ce poème est vraiment magnifique ! Je l’adore !

  47. Enzo

    dit :

    Je dois l’apprendre par cœur pour l’école

  48. JPC

    dit :

    L’expression éloquente de l’ultime voyage, enrobée d’un précieux et soyeux écrin de pudeur, n’aurais su se faire entendre d’un ame impure par manque de délicatesse. Si ange sur terre ? As tu enfin la paix, aux cieux, Monsieur…

  49. Aita

    dit :

    Très bien, très jolie

  50. Hat

    dit :

    C est la musique de Verlaine.

  51. lulu et dodo

    dit :

    Super poème moi je trouve

  52. Rogene

    dit :

    Ce qui me navre le plus c’est l’orthographe des commentaires : Édouard écrit « l’appelle » au lieu de « l’appel ». Un peu plus loin, on lit « Verlaine vécu «  au lieu de « Verlaine vécut « etc… Dans un espace de poésie, c’est tout de même un peu olé olé !

  53. Nico

    dit :

    @édouard : Tu n’as sûrement pas fait exprès mais c’est en juin 44 et non 45.
    En tout cas, moi, même au petit haut de mes 33 ans, j’ai « dû » apprendre ce poème par cœur 🙂

  54. Jeanne Aliénor

    dit :

    Super poésie, je l’aime bien

  55. Regine

    dit :

    Je suis brésilienne, j‘ai 76 ans et j‘ai dû apprendre ce poème par coeur à l‘école. Je ne l‘ai jamais oublié!

  56. édouard

    dit :

    Ce poème n’a pas été l’appelle à la résistance mais le signal fait à l’un des principaux réseau de résistants juste avant le débarquement de 1945. Le général De Gaulle a modifié le poème originale en remplacent le mot « blesse » par « berce ». Cette version du poème est restée mais Verlaine avait bien écrit « blesse » et non  » berce ».

  57. raphael

    dit :

    Super poème, surtout quand nous devons l’apprendre.

  58. Jaffré

    dit :

    Super bien

  59. Joel M. Fauvin

    dit :

    La mémoire est une page du passé pour mieux comprendre le présent et préparer l’avenir !

  60. sylvain

    dit :

    Saviez-vous que ce poéme a marqué l’Histoire avec un grand H car ce poéme a été l’appel à la résistance pendant la 2éme guerre mondiale.

  61. HommeDantesque

    dit :

    « Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais, je suis venu te dire que je m’en vais. », Serge Gainsbourg.

  62. Gilbert

    dit :

    C’est l’éloge et le règne funeste des poètes Maudits du XIXième siècle. Paul Verlaine en est le maître et Alan Edgar Poe son alter ego.

  63. Lola

    dit :

    Qui m’expliquera les vers:
    « Tout suffoquant
    Et blême quand
    Sonne l’heure… »
    Merci

  64. Bernard

    dit :

    Brassens aussi l’a magnifiquement chanté dans son CD « Georges Brassens chante les chansons de sa jeunesse »

  65. Michel

    dit :

    Pour répondre au commentaire de Anonyme du 20 novembre 2019, un truc pour faciliter la mémorisation du texte : l’apprendre en le chantant, par exemple sur l’air de Yves Montand « Les feuilles mortes se ramassent à la pelle … ». Il faut simplement adapter l’air pour le dernier couplet. C’est un poème magnifique.

  66. Anonyme

    dit :

    Je trouve que ce poème est magnifique, le seul problème c’est que je n’arrive pas à le retenir. Si quelqu’un pourrait-il me donner des conseils. Merci beaucoup.

  67. clara

    dit :

    C’est magnifique… Verlaine est mon poète préféré

  68. Lola Barthélémy

    dit :

    Cette poésie marque l’histoire 😀

  69. dreams

    dit :

    Magnifique !

  70. Audouy

    dit :

    Cette poésie est très belle et facile à retenir… J’adore

  71. Yorlane

    dit :

    « Pas mal ! » !!! Ce commentaire succinct me fait sursauter…

    Merveilleux ! convient mieux.

  72. fremaux louane

    dit :

    Je trouve que ce poème est vraiment pas mal !

  73. Kerloc’h Jean-Luc

    dit :

    Un poème aussi musical, c’est évidemment du pain béni pour un compositeur. Trenet et Ferré, entre autres, l’ont mis en musique et chanté. Leurs mélodies se valent, mais la version de Ferré, avec son arrangement plus intimiste, convient mieux, selon moi, à l’atmosphère du poème, que l’accompagnement bigband de la version Trenet. Et puis, l’interprétation de Léo Ferré, sur l’enregistrement original, est un modèle de retenue et d’expressivité. Un reproche à faire à l’un comme à l’autre : Ils ont tous deux commis la même « trahison » envers le texte de Verlaine, chantant « Deci, delà » au lieu de « Deçà, delà »… Comme si Ferré, admirateur de Trenet, avait gardé dans l’oreille la version de son illustre devancier. Qui sait?

  74. GISELLE

    dit :

    Même si je suis brésilien, je suis tombé amoureux de cette poésie quand j’ai vu le film « D », il y a des années… dans la voix de Churchill. Merci Paul Verlaine.

  75. Alain Stéphan

    dit :

    Aline, il est bon de citer ses sources et recopier wikipedia à l’article « Paul Verlaine » n’est pas très honnête pour la première partie de votre texte. Pour votre dernier paragraphe, copier un texte d’internet, ce n’est guère plus honnête.

  76. Alain Stéphan

    dit :

    Bonjour à tous.

    Déjà pour répondre à Jacques Déthune, c’est parce qu’il était connu de beaucoup de monde qu’il a été utilisé par la radio des Français Libres de Londres pour communiquer avec l’ensemble des réseaux de résistance lors du débarquement et non par les américains qui n’ont jamais utilisé ce canal pour communiquer avec la Résistance dont ils se foutaient d’ailleurs pas mal.

    Pour Aline, vous édulcorez la vie de « Pauvre Leliane » (ou Pauvre Laine selon d’autres version – anagramme de Paul Verlaine -) ainsi qu’il se nommait. Ce poème a été écrit en prison quand il fut emprisonné à Bruxelles en 1873 (non en 1885 à Vouziers ainsi que vous l’écrivez ) pour avoir tiré au pistolet sur son amant Arthur Rimbaud avec qui il avait vécu une aventure passionnelle à Londres .
    Paul Verlaine a été marié avec Mathilde Mauté dont il a eu un fils.

    Durant La Commune, il sera garde nationale et de ce fait participera à La Commune de Paris. C’est d’ailleurs durant cette période qu’il recueillera Arthur Rimbaud qui fuyait sa famille et se liera à lui . Pour échapper à la répression qui frappe les Communards, il partira avec Rimbaud pour vivre leurs amours tumultueux homosexuels.

  77. Bernatd

    dit :

    Merci… Aline pour les commentaires sur la vie difficile de Paul Verlaine je comprends mieux son magnifique poème merci.

  78. Amou

    dit :

    Ne mélangeons pas les genres Verlaine a fait du Verlaine et Gainsbourg à fait du Gainsbourg. Cet éternel poème est sublimé car il coule dans nos veines, on le sent et le respire. Il est simple avec des mots simples mais en composant plusieurs fois cette naturelle simplicité donne toute sa magnificence à ce poème. Cela me fait penser au poème « à une mendiante rousse ».

  79. alain vanwynsberghe

    dit :

    Je suis né à Lille le 22 mai 1953. J’ai appris ce magnifique poéme de Paul Verlaine durant les années 1960. Malgré des problémes neurologiques, ce poème est ressorti de ma mémoire dans mon sommeil. Je l’ai récité entièrement à mon épouse au matin. La mémoire est très compliquée, mais au delà de ce souvenir, j’ai toute de suite fait la relation avec la chanson de Serge Gainsbourg « Je suis venu te dire que je m’en vais ». Quel génie ce Monsieur. Ce n’est pas une reprise qu’il a fait, mais de choisir des mots qui l’ont interpelé, et de les introduire dans son texte. D’autres ont également interprété cette poesie, mais en changeant « blessé » par bercé ».

  80. albert cassip

    dit :

    J’ai adoré. Merci dieu d’avoir mis au monde Paul Verlaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *