Lumières de Lune

Winston Perez

Lumières de Lune, ombres de lumières
minérales, par dessus les fumées,
l’esquisse d’un tableau de Chagall

Une volute émeraude dans le passage de la nuit
qui vers l’ombre taraude, perce, surgit
comme un éclair

Sacré climax
un clin d’oeil d’animal qui s’enfuit
et s’évapore l’ombre incandescente et belle
car au plus profond de la Plaine
Distingue t’on l’oubli ?

L’ange est bien passé
vite. Promptement
se dresse sur un char guerrier
l’Ajax conquérant,
Le cygne, l’Etre éveillé.
L’ombre est au dessus de nous,
la lumière
à nos pieds.

Winston Perez, 2005

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Lumières de Lune”

  1. Martinache

    dit :

    Wouaouh! J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *