Le marché

Albert Samain

Sur la petite place, au lever de l’aurore,
Le marché rit joyeux, bruyant, multicolore,
Pêle-mêle étalant sur ses tréteaux boiteux
Ses fromages, ses fruits, son miel, ses paniers d’oeufs,
Et, sur la dalle où coule une eau toujours nouvelle,
Ses poissons d’argent clair, qu’une âpre odeur révèle.
Mylène, sa petite Alidé par la main,
Dans la foule se fraie avec peine un chemin,
S’attarde à chaque étal, va, vient, revient, s’arrête,
Aux appels trop pressants parfois tourne la tête,
Soupèse quelque fruit, marchande les primeurs
Ou s’éloigne au milieu d’insolentes clameurs.
L’enfant la suit, heureuse ; elle adore la foule,
Les cris, les grognements, le vent frais, l’eau qui coule,
L’auberge au seuil bruyant, les petits ânes gris,
Et le pavé jonché partout de verts débris.
Mylène a fait son choix de fruits et de légumes ;
Elle ajoute un canard vivant aux belles plumes !
Alidé bat des mains, quand, pour la contenter,
La mère donne enfin son panier à porter.
La charge fait plier son bras, mais déjà fière,
L’enfant part sans rien dire et se cambre en arrière,
Pendant que le canard, discordant prisonnier,
Crie et passe un bec jaune aux treilles du panier.

Albert Samain, Aux flancs du vase

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Le marché”

  1. HÉLÈNE THEVENIN

    dit :

    J’ai 86 ans et je me vois encore réciter cette poésie que j’aimais devant ma classe et mon institutrice. Mais j’en avais oublié une bonne partie. Et je suis si contente de l’avoir retrouvée en entier, avec le nom de son auteur que j’avais oublié aussi.

  2. Lolo la marchande

    dit :

    Ouais elle est bien, je la copie pour mon français en troisième.

  3. petit Pilou 83

    dit :

    De mon enfance
    et dans mon cœur
    des images dansent
    de rires, de pleurs
    Albert Samain
    me tient la main

  4. Vivron

    dit :

    J’ai appris cette poésie en primaire et à 72 ans je m’en souviens encore! Elle me semble toujours aussi évocatrice des marchés que j’ai connus dans mon enfance… on achetait encore les volailles vivantes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *