Sonnet de nuit

Tristan Corbière

Ô croisée ensommeillée,
Dure à mes trente-six morts !
Vitre en diamant, éraillée
Par mes atroces accords !

Herse hérissant rouillée
Tes crocs où je pends et mords !
Oubliette verrouillée
Qui me renferme… dehors !

Pour Toi, Bourreau que j’encense,
L’amour n’est donc que vengeance ?…
Ton balcon : gril à braiser ?…

Ton col : collier de garotte ?…
Eh bien ! ouvre, Iscariote,
Ton judas pour un baiser !

Tristan Corbière, Les Amours jaunes

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Sonnet de nuit”

  1. Complètement sonnet

    dit :

    Quel beaux sonnet

  2. Jean-Philippe

    dit :

    Pas de trahison ici, mais un savoureux parallèle entre le judas (petite ouverture dans une porte) et Judas Iscariote. Un amoureux est dehors, attend un signe de sa belle qui l’a oublié (Oubliette verrouillée qui me referme .. dehors). Ouvre ta croisée ensommeillée, ouvre ton judas pour me donner un baiser… ce qui nous renvoie habilement au  »baiser de Judas », avec majuscule cette fois.

    Par contre, « dure à mes trente-six morts », je ne vois pas !

  3. Mowgliiir

    dit :

    Et bien nous pouvons avoir des métaphores et pour la trahison il l’a comparé à celle de Judas Isacriot ayant vendu et trahi Jésus pour quelques pièces d’argent.

  4. Antoine

    dit :

    Quelqu’un pourrait m’expliquer ou est la trahison dans ce poème car je ne le comprends pas :/

  5. Cochonfucius

    dit :

    Du rythme et d’étranges images !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *