Nocturne

Paul-Jean Toulet

Ô mer, toi que je sens frémir
A travers la nuit creuse,
Comme le sein d’une amoureuse
Qui ne peut pas dormir ;

Le vent lourd frappe la falaise…
Quoi ! si le chant moqueur
D’une sirène est dans mon coeur –
Ô coeur, divin malaise.

Quoi, plus de larmes, ni d’avoir
Personne qui vous plaigne…
Tout bas, comme d’un flanc qui saigne,
Il s’est mis à pleuvoir.

Paul-Jean Toulet, Contrerimes

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Nocturne”

  1. SYLVIE PERIQUET

    dit :

    Très beau poème, qui exprime tant de sentiments… Bravo et merci à Jean Paul Toulet.

  2. Moi

    dit :

    Très beau poème

  3. Hirondelle715

    dit :

    Si beau… Bravo à l’auteur, ce poème dit tant de choses ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *