Le jour qui vient

Esther Granek

Il s’est levé le jour qui vient
Et il me réchauffe le coeur
Et il sourit dans sa splendeur
C’est comme s’il me tendait la main.
Un peu de rire un peu de pleurs
Que me donneras-tu aujourd’hui
Ajouteras-tu à mon ennui
Ou m’apportes-tu le bonheur ?

Il s’est levé le jour qui vient
Et il s’étend sur le pays.
Et je fais un compte sans fin
Du temps qui meurt du temps qui fuit.
Un goût de miel ou de venin
Que me donneras-tu aujourd’hui ?
Ajouteras-tu à mon chagrin
Calmeras-tu mon coeur meurtri ?

Des heures qui vont des heures qui lassent
Me revoilà seul dans la nuit
Avec au coeur un peu de place
Pour le bonheur qu’on s’est promis.
Un goût de fiel un goût de vin
C’est à nouveau le lendemain.
Soleil m’apportes-tu l’espoir
de la revoir, de la revoir ?

Esther Granek, Portraits et chansons sans retouches, 1976

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Le jour qui vient”

  1. STERVINOU Georges

    dit :

    Magnifique!

  2. sanchez

    dit :

    Ca commence mal, ça fini mal, entre les deux c’est mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *