Le vase brisé

René-François Sully Prudhomme

Le vase où meurt cette verveine
D’un coup d’éventail fut fêlé ;
Le coup dut effleurer à peine :
Aucun bruit ne l’a révélé.

Mais la légère meurtrissure,
Mordant le cristal chaque jour,
D’une marche invisible et sûre
En a fait lentement le tour.

Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
Le suc des fleurs s’est épuisé ;
Personne encore ne s’en doute ;
N’y touchez pas, il est brisé.

Souvent aussi la main qu’on aime,
Effleurant le coeur, le meurtrit ;
Puis le coeur se fend de lui-même,
La fleur de son amour périt ;

Toujours intact aux yeux du monde,
Il sent croître et pleurer tout bas
Sa blessure fine et profonde ;
Il est brisé, n’y touchez pas.

René-François Sully Prudhomme, Stances et poèmes

Imprimer ce poème

35 commentaires sur “Le vase brisé”

  1. Bernard CASTELNAU

    dit :

    J’ai 81 ans, j’ai appris dans ma jeunesse des poèmes, heureuse époque, du XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe siècle notamment dont « Le Vase Brisé ». J’en ai sélectionné dix que je me récite en boucle, souvent la nuit pour « meubler » mes insomnies, ils me procurent de l’émotion et de surcroît c’est bon pour ma mémoire.

  2. marie-loup LIEVRE JOSSERAND

    dit :

    Magnifique poeme que je ferai lire le jour de mes obsèques !

    J’ai adopté bébés un garçon et une fille et je n’ai presque plus de contacts avec eux. Je ne suis pas leur mère ont-ils dit ! Je me suis arrêtée de travailler pour les élever tellement ma fille était perturbée (adoptée à 3 mois et demi : des pleurs jours et nuits pendant 4 ans) dur-dur pour moi…

  3. Moncef MEJRI

    dit :

    A Georges, d’abord ! Merci de m’avoir fait sourire ! Lisez lui donc « Le lac » de Lamartine. Lisez lui aussi « Le pont Mirabeau » d’Apollinaire et tout ira bien. Un conseil infaillible : soyez sérieux et dites-lui que vous vouliez lui chuchoter quelque chose de grave à l’oreille gauche : « Je t’aime encore, idiote! » et sa colère fondra comme la neige au soleil. A tous les autres : merci d’avoir apprécié avec moi la perfection !

  4. Georges

    dit :

    En récitant ce poême à ma femme, elle fut offensée par l’ idée que c’est elle qui m’a fait briser le coeur. Pourriez-vous me conseiller un poème moins offensif et plus romantique? Merci.

  5. Jean-Pierre Petit

    dit :

    Appris quand j’avais 17 ans je me le récite encore à 71 ans durant mes marches quotidiennes tout le mystère de ce premier coup me fascine encore. Et il m’a bien aidé à comprendre la vie. Il est vrai que je lui mettais en face ces mots de Montesquieu : « Rien de pire qu’une vieille affaire rompue qui n’en finit plus de mourir. »

  6. Gina Astou

    dit :

    Ce n’est qu’aujourd’hui que je découvre ce merveilleux poème qui pourtant date de très longtemps. J’ai pris du temps pour le comprendre. Mais enfin… c’est juste trop parfait.

  7. philippe gaume

    dit :

    Ce poème lu il y a plus de 60 ans et encore complet dans ma mémoire à deux rimes près.

  8. Pierson

    dit :

    Ce poème je ne le connaissais pas, du moins par cœur. Mon épouse qui est plus littéraire que moi peux le réciter, pas complètement mais presque. Ce qui me fait dire que les temps piersonont bien changés. On apprend plus à déclamer, ni non plus à avoir une bonne diction. Ce qui n’empeche que j’aprecie Cette relecture trop souvent oubliée.

  9. Patrick Olmer

    dit :

    C’est effectivement un poème magnifique, mais le sonnet d’Arvers et tout aussi poignant. C’est l’histoire de l’amour d’un homme pour une femme mais il n’a pu le lui déclarer. Elle ne le saura donc jamais.

  10. Doumé

    dit :

    J’ai découvert ce poème assez tard, vers 18ans. J’en ai 55 et c’est toujours la même extase. Pureté de la ligne. Justesse des mots. Un erethisme mental pour écorché vif !

  11. Maryse

    dit :

    Une pure merveille ! J’ai 20 ans dans la tête et le coeur quand je le relis ou me le récite. Il suscite tellement de souvenirs, que de coups d’éventails avons nous reçu au cours de la vie ! Ne nous touchez pas nous sommes brisés

  12. Vanackere Jozef

    dit :

    Un poème parfait. J’ai mis du temps à le comprendre, à le sentir pleinement.

  13. Abdeljalil

    dit :

    Certes la négligence des autres, leur indifférence, leur manque de tact, leur absence d’empathie peut nous peiner et altérer la qualité de nos sentiments, mais il faut savoir pardonner, faire triompher la Concorde, l’harmonie et tous les sentiments nobles. Tout ce qui nous arrive et une épreuve et ce sont nos réactions qui soulignent notre valeur, nos valeurs.

  14. Leroy Freddy

    dit :

    C’est une poème qui chante si bien au plus profond de mon coeur. Je trouve que son écriture est très « moderne » si je puis dire cela. C’est l’homme du XXI° siècle qui aurait pu l’écrire ainsi encore aujourd’hui. Merci pour ce beau partage.

  15. Marie22

    dit :

    Comme tant je l’ai appris par « coeur » et le coeur y était… mais aujourd’hui, il m’est revenu, très intense… à la pensée des victimes du Bataclan…

  16. Francine Boucher Levy

    dit :

    Poème qui réveille en chacun de nous une blessure enfouie et à l’abri des regards pour cause de ne pas trouver les mots pour la crier. Sully Prudhomme était un poète enseigné lorsque j’étais adolescente, j’arrive encore aujourd’hui à réciter avec points et virgules comme c’était la règle à cette époque, le magnifique poème intitulé « le cygne ». Le poète meurt mais son œuvre (elle) ne meurt pas.

  17. Jean-Marc Sincennes

    dit :

    Quel merveilleux poème pour donner un sens à un trop long silence. Il me revient comme par enchantement 60 ans plus tard

  18. Grisot

    dit :

    J’ai aujourd’hui 75 ans… Quand j’étais petit ma mère me le recitait… Je n’ai jamais oublié… Une perle.

  19. Françoise bonnot

    dit :

    Ma mère me le récitait petite…..

  20. Jean. H.

    dit :

    Ce poème est magnifique, et le poète a su trouver les mots pour résumer le mal qu’une simple phrase, qu’un mot peut faire… j’espère que longtemps encore la poésie existera (je pense ça, je n’ai que 14 ans). Si vous aussi vous le trouvez touchant, réagissez!

  21. Xavier

    dit :

    C’est un voyage merveilleux là où se dévoilent nos sentiments précieux .

  22. Yvette demer

    dit :

    Je connais ce poème depuis mon enfance et aujourd’hui à 85 ans, Je peux le réciter de mémoire, le cœur au bord du cœur et les larmes aux yeux.

  23. dédé

    dit :

    C’était le poème préféré d’Henri-Désirée Landru, le Barbe Bleu de la la grande guerre

  24. JURET

    dit :

    Je l’ai appris par cœur et c’est le premier poème que je pense lorsque j’en fait profiter mes amis. Pour moi ce poème invite à faire attention de ne pas blesser ceux que l’on aime. Puisqu’un effleurement peut causer bien du mal s’il est répétitif. Ah oui c’est un beau poème. Aussi j’aime à réciter : lorsque l’enfant paraît le cercle de famille applaudit à grands cris etc. Victor Hugo. Je suis de la génération après guerre temps où l’on apprenait encore des poésies par cœur. Merci pour ce temps. Ma mère à 100 ans a déclamé des vers entiers. Elle m’a transmis cela. J’en sais beaucoup moins qu’elle et chaque fois que je récite je pense à elle.
    Annie J.

  25. polo

    dit :

    C’est quelle courant littéraire ce poème svp

  26. irenee.edouard@orange.fr

    dit :

    Un poeme symbolique qui pour moi resume toute une vie (j’ai 85 ans)…

  27. Mark

    dit :

    C’est vraiment un coup de foudre!

  28. reymond

    dit :

    Mon père vient de me citer ce poème, quel beau moment! Il avait presque les larmes aux yeux. Que vive encore longtemps la poésie!

  29. Lucien Hamelin

    dit :

    Cher vieux professeur, comme vous je suis rétif à cette nouvelle technologie ;mais jamais je ne remplacerais le moindre poème appris pour me faciliter la tâche! les souvenirs et les poèmes sont notre véritable éternité! Les octets ne sont que des virgules qui s’effondrent dans le nuage virtuel!!! Un vieux professeur…plus vieux encore!

  30. Françoise FLOQUET CAVALLINI

    dit :

    Souvenir lointain de l’école qui nous apprenait les valeurs et les beaux sentiments.

  31. roussel

    dit :

    En effet, ce poème est merveilleux. Ma soeur (maintenant décédée) le déclamait souvent. J’ai 80 ans et il me fait toujours pleurer.

  32. Hugues Paul

    dit :

    Je me revois tout entier dans ce POEME ! En relisant ce poeme, je revois mon enfance, mon tendre jeune age, mon premier amour, les plus beaux et les meilleurs souvenirs de ma vie…

  33. Vieux professeur

    dit :

    Qui sait encore que Sully-Prudhomme a obtenu en 1901 le premier prix Nobel de littérature ? Grâce à un album de Lucky Luke on connait encore très vaguement « Le vase brisé » où Sarah Bernhardt ne cesse d’en déclamer le premier vers comme la Castafiore chante L’Air des Bijoux de Faust. Mais je ne sais s’il subsiste beaucoup de gens qui, comme moi, seraient capables de réciter le poème en entier… une connaissance que j’échangerais volontiers contre des notions d’informatique que j’ai du mal à faire entrer dans ma vieille tête.

  34. Y. MAR

    dit :

    C’est plus qu’un poème, c’est de l’orfèvrerie alphabétique.

  35. thérèse charles-hoffman

    dit :

    Un des plus beaux et profonds poèmes que j’ai connus dans mon jeune âge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *