Vénus

Victor Hugo

Ciel ! un fourmillement emplit l’espace noir,
On entend l’invisible errer et se mouvoir ;
Près de l’homme endormi tout vit dans les ténèbres.
Le crépuscule, plein de figures funèbres,
Soupire ; au fond des bois le daim passe en rêvant ;
A quelque être ignoré qui flotte dans le vent
La pervenche murmure à voix basse : je t’aime !
La clochette bourdonne auprès du chrysanthème
Et lui dit : paysan, qu’as-tu donc à dormir ?
Toute la plaine semble adorer et frémir ;
L’élégant peuplier vers le saule difforme
S’incline ; le buisson caresse l’antre ; l’orme
Au sarment frissonnant tend ses bras convulsifs ;
Les nymphaeas, pour plaire aux nénuphars pensifs,
Dressent hors du flot noir leurs blanches silhouettes ;
Et voici que partout, pêle-mêle, muettes,
S’éveillent, au milieu des joncs et des roseaux,
Regardant leur front pâle au bleu miroir des eaux,
Courbant leur tige, ouvrant leurs yeux, penchant leurs urnes,
Les roses des étangs, ces coquettes nocturnes ;
Des fleurs déesses font des lueurs dans la nuit,
Et, dans les prés, dans l’herbe où rampe un faible bruit,
Dans l’eau, dans la ruine informe et décrépite,
Tout un monde charmant et sinistre palpite.
C’est que là-haut, au fond du ciel mystérieux,
Dans le soir, vaguement splendide et glorieux,
Vénus rayonne, pure, ineffable et sacrée,
Et, vision, remplit d’amour l’ombre effarée.

Victor Hugo, Toute la lyre

Imprimer ce poème

5 commentaires sur “Vénus”

  1. sakuragiel

    dit :

    Bonjour j’aimerais savoir en quelle date il a été écrit.

  2. sham’s

    dit :

    Je pense que le poète nous raconte l’histoire de la naissance de venus, ce que l’apparition de venus dans le ciel a produit sur l’âme égarée (désigne un homme qui serais privé d’amour) : la déesse la soulager de sa souffrance en le comblant d’amour d’un unique regard il y a aussi une opposition entre le monde sombre de l’homme et celui, merveilleux, de la déesse.

  3. Nina

    dit :

    Dans ce poème, Victor HUGO ne parle de Vénus que sur 1 vers (v.27). Le reste est une personnification de la nature; elle est amoureuse, elle parle et elle agit. Il est pourtant vrai qu’il fait des éloges à l’amour et la vie tout en donnant des détails sur elle.

  4. Samuel Belrant

    dit :

    Pour moi et mes maigres connaissances, j’ai l’impression que l’auteur cherche à nous faire ressentir son bonheur face à son amour et à la beauté de la nature. Je suis encore à l’age ou on nous demande des anthologies poétique (étude littéraire) et cette interprétation du poème a semblé plaire à mes examinateurs.

  5. Kathy

    dit :

    Selon vous, quelle est le message? Comme on dit une image vaut mille mots, je pense que la même chose s’applique au poème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *