Le Désespoir de la vieille

Charles Baudelaire

La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire ; ce joli être, si fragile comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux.
Et elle s’approcha de lui, voulant lui faire des risettes et des mines agréables.
Mais l’enfant épouvanté se débattait sous les caresses de la bonne femme décrépite, et remplissait la maison de ses glapissements.
Alors la bonne vieille se retira dans sa solitude éternelle, et elle pleurait dans un coin, se disant : — « Ah ! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l’âge est passé de plaire, même aux innocents ; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer ! »

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, 1869

Imprimer ce poème

10 commentaires sur “Le Désespoir de la vieille”

  1. lullu62

    dit :

    Ça me fait tellement mal au cœur, de voir des jeunes agirent ainsi, je pense qu’il y a réellement un manque d’éducation.

  2. Abdallah

    dit :

    Je suis tellement ému, c’est d’une telle tristesse mes larmes ne cessent de ruisseler sur mes joues.

  3. Animina

    dit :

    Ça ne me plaît pas du tout. Moi j’ai 14ans, c’est du 19éme siecle, donc non.

  4. JEAN BART

    dit :

    C’est la première fois que je pleure devant un tel poème . Tant d’émotion, un seul texte. Admirable !

  5. JEAN BART

    dit :

    Trop triste !

  6. Hakan

    dit :

    C’est trop triste, j’en ai les larmes aux yeux. Les garçons aussi ont des sentiments.

  7. louuu

    dit :

    Est ce un poeme lyrique ?

  8. Ju

    dit :

    Les larmes aux yeux rien qu’en lisant…

  9. hiba

    dit :

    trop beau poème

  10. Alba

    dit :

    Tellement triste, Baudelaire fût un génie des sentiments. Le seul écrivain qui m’ait jamais fait pleurer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *