Angoisse

Stéphane Mallarmé

Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête
En qui vont les péchés d’un peuple, ni creuser
Dans tes cheveux impurs une triste tempête
Sous l’incurable ennui que verse mon baiser:

Je demande à ton lit le lourd sommeil sans songes
Planant sous les rideaux inconnus du remords,
Et que tu peux goûter après tes noirs mensonges,
Toi qui sur le néant en sais plus que les morts:

Car le Vice, rongeant ma native noblesse,
M’a comme toi marqué de sa stérilité,
Mais tandis que ton sein de pierre est habité

Par un coeur que la dent d’aucun crime ne blesse,
Je fuis, pâle, défait, hanté par mon linceul,
Ayant peur de mourir lorsque je couche seul.

Stéphane Mallarmé

Imprimer ce poème

23 commentaires sur “Angoisse”

  1. Corinne

    dit :

    Poésie qui me parle de trop. Combien de fois où l’on analyse sa vie, entre regrets d’avoir mal fait et remords d’avoir pas fait. Et le temps mortel à vieillir ne sert qu’à nous culpabiliser, plus fort le soir venu. Pareil à s’égarer dans des choix on en oublie de vivre, c’est seulement lorsque les rides de chagrin nous narguent à la figure de ne pas avoir connu la chance de rire à notre enfant.

  2. PC

    dit :

    En dehors du thème, ce sont les allitérations remarquables de Mallarmé qui me seduisent.

  3. slowik JM

    dit :

    Poème d’une force incroyable enveloppé dans tant de fragilité. Tous les mots font mal, tous les mots blessent… comme ces heures qui passent et dont la dernière tue.

  4. Laouer kamel ouedrhiou

    dit :

    Dialogue entre un poete et une prostitué. Chacun a sa stérilité, chacun a son vice.

  5. Kader

    dit :

    Je pense qu’il parle de lui même. Son angoisse, c’est son impotence, ses remords, sa chaire désincarnée contre laquelle il n’arrive pas à lutter. Son calvaire cesse quand il s’endort, tellement exténué qu’ il a un sommeil sans rêve. Il ne parle pas d’une femme mais de lui-même, du poids de son existence dont il ne trouve pas le sens.

  6. Gridou la mâl armée

    dit :

    Mallarmé n’aimait pas que l’on comprenne ses poèmes, tout comme moi 😉

  7. Loris

    dit :

    Il parle d’une prostituée. Il a le vice en lui et ne peut s’en défaire. Même s’il est sans illusion et empli de dégout envers lui même, il la rejoint. Inconsciemment c’est effectivement la mort qu’il fuit. Il croie que faire l’amour, c’est donner la vie. Mais il est en fait faussement inconscient. Il sait qu’il se trompe lui même. Il est maintenu dans un cercle infernal par la peur. Il s’est enfermé lui même dans une fausse logique …mortifère.

  8. marc

    dit :

    La mort est comparée à une femme. Une femme qu’on n’aime pas. Mais une femme qu’on est obligé de baiser, de coucher avec. Une femme qu’on affrontera quand même. Tout ça angoisse notre existence.

  9. Quelqu’un

    dit :

    Je pense tout simplement que Mallarmé fais une evocation de la mort, les termes comme « sein de pierre » sont juste la pour personifié la mort.

  10. Paul

    dit :

    Je ne vois pas d’amour dans ce poeme.
    Tout d’abord il s’adresse a la femme en l’appelant par un nom qui n’a rien de tendre : « o bete »
    Il ne recherche aupres d’elle ni tendresse, ni amour, ni meme le plaisir « Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps » (autrement dit je ne viens pas ce soir te faire l’amour)
    Mais il ne peut dormir seul car les remords et la honte le poursuivent dans sa solitude. Il ne vient chercher dans le lit de cette femme au coeur de pierre qu’un sommeil qui le fera echapper a ses angoisses.
    Si c’est la de l’amour, il est bien noir.

  11. Liloup64

    dit :

    Une très belle poésie, les derniers vers sont à la fois forts et touchants, pour moi, ils montrent à quelle point la nature humaine ne peut pas être seule. L’angoisse de la mort, de la solitude, c’est ce qui fait de la vie quelque chose d’à la fois fragile et dont il faut prendre conscience afin d’en profiter.
    Très belle lecture !

  12. UneMeuf

    dit :

    e hhh ben

  13. Sara

    dit :

    Bonjour, je dois rendre une anthologie sur l’amour et ce poème m’intrigue: je voudrais savoir de qui il parle en employant la 2eme personne du singulier et dans quel cas il parle d’amour
    Merci !

  14. Jeannette Culoma

    dit :

    L’angoisse d’etre seul, ou l’angoisse d’être de se sentir seul ?

  15. louise

    dit :

    À jessie : un linceul est un drap dans lequelle on enveloppe les cadavres .

  16. Hizi

    dit :

    Très beau je découvre à l’instant. les 2 dernières lignes m’ont mis les larmes aux yeux. c’est exactement ce que je voulais lire ce soir. cette personne a simplement peur de mourir. ça l’angoisse. comme moi et comme nous tous.

  17. Anthologie

    dit :

    Catlane … on aimerait que stéphane mallarmé continue d’écrire, seulement il est mort

  18. L. RODRIGUEZ

    dit :

    Es un muy buen poema. Me ha servido sobre todo para hacer una apertura para un comentario compuesto de un spleen de Baudelaire.
    Se los recomiendo mucho.
    Si no conocen una palabra ¡búsquenla en un diccionario!
    Después, traten porfavor de hacer un buen análisis, está fácil de comprender.
    Les servirá también buscar a que corriente literaria Mallarmé pertenece, así como ciertos datos biográficos del autor.

    Saludos a todos.

  19. Jessie

    dit :

    C’est Bien 😀 Mais Je N’ai Pas Bien Compris Certains Mots Comme « Native » Et « Linceul » Vous Pouvez M’Expliquer Svp 🙂

  20. BERTRAND

    dit :

    LE POÈME EXPLIQUE BIEN L ANGOISSE DE LA SOLITUDE ET DE SE RETROUVER SEUL A LA VEILLE DE SA MORT ET DE NE PAS AVOIR DE DESCENDANCE , moi j y pense

  21. Catlane

    dit :

    Les rimes sont bien trouvées, mais je ne comprend pas tout le poème -Le problème vient sûrement de moi O.O.
    Sinon, en lui même, j’aime bien, surtout le dernier.

    Bonne continuation =D

  22. gauthier

    dit :

    à kamélia: être ( ou plutôt) se dire indifférent est souvent manière de cacher sa peur… face à la vérité cg

  23. kamélia

    dit :

    trop dur, ça laisse la personne indifferente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *