Enfance

Guillaume Apollinaire

Au jardin des cyprès je filais en rêvant,
Suivant longtemps des yeux les flocons que le vent
Prenait à ma quenouille, ou bien par les allées
Jusqu’au bassin mourant que pleurent les saulaies
Je marchais à pas lents, m’arrêtant aux jasmins,
Me grisant du parfum des lys, tendant les mains
Vers les iris fées gardés par les grenouilles.
Et pour moi les cyprès n’étaient que des quenouilles,
Et mon jardin, un monde où je vivais exprès
Pour y filer un jour les éternels cyprès.

Guillaume Apollinaire

Imprimer ce poème

7 commentaires sur “Enfance”

  1. Jean Marmoud

    dit :

    Quel est la date de ce poème s’il vous plaît ?

  2. anissa

    dit :

    Le recueil est « poème à la marraine »

  3. Machin

    dit :

    Quel est la date du recueil et le nom ?

  4. Marine

    dit :

    Quelle est la date de ce poème s’il vous plait? Et le recueil?

  5. Doudisa

    dit :

    Je suis en classe de première et je voudrais savoir la date de ce poème ? Merci

  6. poète bete

    dit :

    cest un beau poème qui est magnifique

  7. Eden

    dit :

    Tres bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *