Nuage

Jules Laforgue

Oh, laisse-moi tranquille, dans mon destin,
Avec tes comparaisons illégitimes !
Un examen plus serré ferait estime
Du moindre agent,… – toi, tu y perds ton latin.

Preuves s’entendant comme larrons en foire,
Clins d’yeux bleus pas plus sûrs que l’afflux de sang
Qui les envoya voir : me voilà passant
Pour un beau masque d’une inconstance noire.

Ah ! que nous sommes donc deux pauvres bourreaux Exploités ! et sens-tu pas que ce manège
Mènera ses exploits tant que le… Que sais-je
N’aura pas rentré l’Infini au fourreau ?

Là ; faisons la paix, ô Sourcils ! Prends ta mante ;
Sans regrets apprêtés, ni scénarios vieux,
Allons baiser la brise essuyant nos yeux ;
La brise,… elle sent ce soir un peu la menthe.

Jules Laforgue, Premiers poèmes

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *