Le goûter

Didier Sicchia

Inspiré par l’auteur russe Ossip Mandelstam.

Une imperceptible tristesse
A déployé deux yeux si beaux ;
Cette urne observe avec tendresse
Et sublime ainsi ses cristaux.

Toute la pièce est rafraîchie
En ce royaume dérisoire
– Languissante prophylaxie
Où agonise l’ombre noire.

Un peu de liqueur si subtile,
Un peu du fier Phoebus de Mai,
Et brisant le biscuit gracile,
La blancheur de ses doigts fluets.

Didier Sicchia, La rhétorique de l’ineffable, 2010

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *