Appassionato

Didier Sicchia

A demi-mot, sans même peut-être le dire,
J’ai su reconnaître l’émotion lancinante
Qui anime mon être comme un long sourire
Fabule l’âme humaine et le visage enchante.

Alors que j’eusse adulé le morne et le pire
– Encore l’âpre saveur des sauvages menthes,
Voici que maintenant je découvre et j’admire
Les délicats parfums – les faveurs envoûtantes.

Tout en moi est devenu beauté et radieuse
Perception des folles natures délicieuses.

Comment donc faudrait-il définir cette obscure
Fièvre du désir et cette concupiscence
Qui chavire mon coeur et couvre mes blessures
D’un baume hydrophile aux vertueuses essences ?

Didier Sicchia, La rhétorique de l’ineffable, 2010

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Appassionato”

  1. Pimpurniaux

    dit :

    …C’est fou comme j’aime…
    …Ce flou poème…
    …Qui me fait resouvenir…
    …Tous mes anciens désirs..

    Franchement j’adore,tous mes compliments…

  2. moi

    dit :

    Est-ce un poème lyrique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *