6 commentaires sur “Les larmes se ressemblent”

  1. Saad

    dit :

    Je pense que le recueil poétique est un livre quoiqu’il « est » en vers semblerait un ensemble de souvenirs de l’auteur, sa relation avec Elsa TRIOLET, sa participation aux deux guerres, l’exil, le mal du siècle… Ses vers l’illustrent « je me souviens de ceux qui d’embarquement » « j’avais vingt ans je ne comprenais pas » « j’aurais voulu fixer dans ma folle mémoire ».

  2. said

    dit :

    Aragon était un auteur qui pleurait son époque sur plusieurs plans politique, social, humain, et tout le tremblement. Mais le choix poétique et formel était un anti-classique. Il cherche à se distinguer des classiques au niveau formel mais avec des imitations voire des inspirations annoncées auparavant: Musset, Verlaine… et j’en passe. Aragon est un surréaliste unique.

  3. Marie

    dit :

    Pour vous, dans le recueil « Les yeux d’Elsa » de Louis Aragon, quel poème semble écrit dans une tonalité opposée à celle de « Fêtes galantes » ? Merci d’avance

  4. huch

    dit :

    y-aurait-il des analogies entre ce poème et « Nuit Rhénane » (alcools) de Guillaume Apollinaire ?

  5. Otzi

    dit :

    on le sent bien, le malaise du jeune occupant du pays vaincu. Cette humiliation subie par les habitants allemands occupés par nos troupes entre 1919 et 1920, a été un des ressorts utilisés par Hitler pour alimenter la haine des allemands contre les autres peuples.
    Ce poème est un témoignage vivant, encore palpitant.

  6. rachel

    dit :

    Je m’étonne qu’il n’y ait aucun commentaire, j’aime beaucoup Louis Aragon, beaucoup de ses poèmes sont sur la guerre, il en parle bien, on sait rien qu’en le lisant qu’il l’a vécut. Nombreux sont les poètes qui écrivent sur un sujet qu’il ne connaissent pas, c’est comme faire beaucoup de bruit pour rien, en fait ces œuvres de ces poètes ne servent à rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *