Le musicien

Sybille Rembard

Tintement assoiffé de vie
s’atomisant à l’aurore de l’année

La prison s’est ouverte
Le bécotement solitaire est terminé
Ton flanc bleu respire la liberté

Quelques clochettes bourdonnent
Le carillon grelotte
Le miroir te cherche
Le sol t’accueille
figé
glacial

Marcel

Le trou est creusé
La loge est vide

Sous une douleur marmoréenne
la musique ruisselle
éloignée

Sybille Rembard, 2012

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Le musicien”

  1. MONTAGNE

    dit :

    Très beau poème; deux de mes élèves de troisième ont choisi de le faire figurer dans leur anthologie de poésie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *