Le coeur d’une femme

Jacques Viallebesset

Je ne veux pas pour toi les déchirures des ronces
Ni les étangs glauques des illusions ou l’on s’enfonce
Efface de ton âme les noirs tourbillons
Une étoile flamboie au milieu de ton front

Abandonne les cauchemars au fond de leur nuit
L’amertume blême de la tristesse est un désert
Je veux un ciel clair et des poitrines au cœur chantant
Des poumons vibrant comme des arbres en plein vent

Je ne veux pas pour toi l’ombre portée de la souffrance
Sur le pur visage embué de ton enfance
Arraches de toi les barreaux de la cage
Le fardeau de douleur est un trop lourd bagage

La vie est là qui frémit et palpite dans là sève
Chaude vie plus forte que les illusions
Une vie jamais vécue voilà ce que je veux
Où les oiseaux viennent chanter dans tes cheveux

Je ne veux pas pour toi l’étendue du dérisoire
Ni les lèvres murées par tant de pierres noires
Tu as trop arpenté déjà les labyrinthes du malheur
Pour qu’enfin ton cœur soit parsemé de fleurs.

Jacques Viallebesset, l’écorce des cœurs, 2011 (copyright © le nouvel athanor)

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Le coeur d’une femme”

  1. Fanie Vincent

    dit :

    Un coeur de femme qui frémit comme celui d’une rose qu’un papillon butine. Vos mots comme des pétales d’une marguerite qu’on effeuillerait en s’arrêtant sur le “Je t’aime”. Poème très parfumé merci jacques.

    Fanie muse de mai sur facebook

  2. david

    dit :

    trop bien ce poeme, je l’ai meme choisi pour mon devoir de francais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *