Les jours anciens

Jacques Viallebesset

J’efface de mes virtuelles caresses
Les jours anciens de ton corps
Pour que tu retrouves encore
Le chemin ébloui de ma tendresse

La main modelant le désir
Le mystère et l’audace au tréfonds
La beauté est toujours au fond
D’une blessure du plaisir

Tu effaces de tes virtuelles caresses
Les jours anciens de mon corps
Pour que je retrouve encore
Le chemin ébloui de ta tendresse

Ce qui est dit l’est toujours en fonction
De ce qui ne sera jamais exprimé
C’est là que nous nous reconnaissons
Le seul vrai langage est un baiser.

Jacques Viallebesset, l’écorce des cœurs, 2011 (copyright © le nouvel athanor)

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Les jours anciens”

  1. Jean-Yves

    dit :

    Trop beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *