Clavecin d’âme

Francis Etienne Sicard

Sous le lin du sommeil, coule l’or pur d’un songe,
Où des oiseaux précieux gazouillent tendrement,
A l’ombre d’une ruine au mignard parement,
Qu’une douce fontaine habille de mensonge.

La lumière du soir, qu’une arabesque éponge
De son arc en miroir au dessus d’un torrent,
Verse son lavis rouge à peine incandescent,
Sur la chair en velours d’une écarlate oronge.

Des chandeliers d’argent juchés sur des colonnes,
Eveillent des parfums aux couleurs de satin,
Que des ombres de vent travestissent en nonnes.

Des pierrots musiciens surgissant de taillis,
Se faufilent alors entre un jour diamantin
Et ma joue engourdie aux lignes d’un croquis.

Francis Etienne Sicard, Lettres de soie rouge, 2011

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *