L’invisible ogresse

Francis Etienne Sicard

Aux basques d’une fleur follement chiffonnées,
Friande de couleurs, une abeille insolente
Ebroue le tulle d’or de son âme giguante
Dans le flot scintillant des nuées griffonnées.

Un saphir éclaté entre les giroflées
Verse son encre en feu au dessus des acanthes
Et frotte l’empyrée aux diaprures brûlantes
D’où fusent par instant des rires et des fées.

Un filament de soie agité d’une flamme,
Illumine soudain, d’un étrange ballet,
La danseuse grisée aux jeux de l’oriflamme.

Oubliant le danger qui guette son ivresse,
Elle approche à tâtons sa tombe dont l’ourlet
Glace déjà ses pas d’une étrange tristesse.

Francis Etienne Sicard, Lettres de soie rouge, 2011

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *