Le Chant des villes

Andrée Chedid

Je m’attache aux pulsations des villes
A leur existence mouvementée
Je respire dans leurs espaces verts
Je me glisse dans leurs ruelles
J’écoute leurs peuples de partout
J’ai aimé les cités Le Caire ou bien Paris
Elles retentissent dans mes veines
Me collent à la peau

Je ne pourrai me passer
D’être foncièrement :
Urbaine.

Andrée Chedid

Poème inédit commandé par le Printemps des Poètes 2006

Imprimer ce poème

4 commentaires sur “Le Chant des villes”

  1. christne stpierre

    dit :

    J’ai cité ces vers pour présenter une toile.
    J’ai bien sûr mentionné ma source d’inspiration!
    Elle fait la légende de cette peinture dans mon site.

    Je ne pourrai me passer
    D’être foncièrement :
    Urbaine.

  2. Paul

    dit :

    Bonjour, j’adore ce poème, cependant je ne trouve pas la date de publication. Est-ce que quelqu’un la connaîtrait ?

  3. mimola

    dit :

    Magnifique!

  4. Chris-Tian Vidal

    dit :

    Une grande dame au cœur ouvert sur l’autre, dans les pulsations des villes, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *