Campanile d’Hiver

Francis Etienne Sicard

La vigne endolorie sous le poids des nuages,
Pareille au clapotis des barques enchainées,
Gémit, pleure et s’éteint comme un brasier mouillé
Par la rage du ciel et son gravier d’outrages.

Les lavoirs de soleil et leurs lourds sarcophages
Ruissellent de tumeurs aux couleurs bigarrées,
Comme si leur destin se tissait sous les dès
De gouttes détachées d’un suaire sauvage.

Seule, morne et feutrée, une cloche d’airain
Sonne un glas parfumé d’une douce beauté
Dont le silence boit la mélodie sans fin.

Or la vigne endurcie, comme un oratorio,
Fugue le long de mots brillants de nouveauté,
Que ce poème joue sur un pas d’adagio.

Francis Etienne Sicard, Odalisques, 1975

Imprimer ce poème

9 commentaires sur “Campanile d’Hiver”

  1. mathias

    dit :

    Cette poésie est un peu triste, sinon c’est bien.

  2. daniel renaudin

    dit :

    J’ai apprecié ce poème qui est agreable.

  3. lili

    dit :

    J’ai 11 ans et je lis ça, cela devrait être pareil pour tous les jeunes au lieu d’écouter de la stupide musique, sinon ce poème et très jolie !

  4. Gabrielle

    dit :

    Superbe,merci

  5. Huon

    dit :

    superbe ! C’est un poème sensible qui créé une vraie atmosphère, j’adore !

  6. ploeg

    dit :

    c’est tout simplement magnifique

  7. isac

    dit :

    j’ai une bonne note grace a cette poesie

  8. matt

    dit :

    peut mieux faire.J’ai pas acroché

  9. elodye

    dit :

    c’est moyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *