Bayonne ! Un pas sous les Arceaux

Paul-Jean Toulet

–  » Bayonne ! Un pas sous les Arceaux,
Que faut-il davantage
Pour y mettre son héritage
Ou son coeur en morceaux ?

Où sont-ils, tout remplis d’alarmes,
Vos yeux dans la noirceur,
Et votre insupportable soeur,
Hélas ; et puis vos larmes ? « 

Tel s’enivrait, à son phébus,
D’un chocolat d’Espagne,
Chez Guillot, le feutre en campagne,
Monsieur Bordaguibus.

Paul-Jean Toulet, Contrerimes

Imprimer ce poème

2 commentaires sur “Bayonne ! Un pas sous les Arceaux”

  1. julie

    dit :

    J’aime Bayonne !!! vive le jambon !

  2. Lison

    dit :

    Magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *