Charles Baudelaire – biographie

Charles Baudelaire nait à Paris le 9 avril 1821. Son père meurt quand il n’a que six ans et sa mère se remarie avec un général. A partir de l’adolescence, Charles sera toujours en opposition par rapport aux valeurs bourgeoises incarnées par son beau-père qui de surcroît n’approuve pas sa vocation littéraire. Elève pensionnaire au collège Louis le Grand, il se fait remarquer par son caractère rebelle. Renvoyé du collège, il réussi son bac de justesse et commence à mener une vie de marginal.

Sa famille essaye de mettre fin à cette attitude dissolue en l’envoyant en Inde. Cependant, Charles n’arrive même pas à destination, un naufrage l’oblige à rapatrier. De retour à Paris il s’amourache d’Anne Duval, une mulâtresse. Il dilapide tout l’héritage reçu à ses 18 ans, en menant une vie dissolue sous l’emprise des drogues comme l’haschisch ou l’opium. Sa famille se verra obligée à le faire mettre sur tutelle judiciaire.

Dès 1842, il est contraint à travailler pour subvenir à ses besoins. Il devient critique d’art, critique littéraire et journaliste. Il admire les œuvres d’Eugène Delacroix et d’Edgar Poe dont il devient le traducteur attitré. Avec Poe, il partage une certaine idée du goût du mal et une même conception de l’art.

En 1848, Baudelaire participe aux barricades aux côtés des républicains, mais ses ardeurs révolutionnaires s’éteignent rapidement. A l’instar de Flaubert ou de Victor Hugo, il ne s’engage pas du point de vue littéraire.

En 1857 la publication des Fleurs du Mal est accueillie par la presse avec hostilité. Il est attaqué et condamné à une forte amende pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. Il est obligé de supprimer certains passages. Ce n’est qu’en 1949 que la justice réhabilitera « Les Fleurs du mal ». Cet échec, l’appréciation négative qui met en doute sa santé mentale le minent. Très endetté, il part habiter à Bruxelles. Il espère pouvoir y donner des conférences, mais il est vite déçu. Il sombre alors dans la misère et la maladie. En 1866, il est frappé d’un malaise qui le rend aphasique. Il meurt à Paris le 31 août 1867 à l’âge de 46 ans.  En 1868 sont publiés à titre posthume le Spleen de Paris et les Curiosités esthétiques.

Charles Baudelaire se positionne au cœur des débats de son époque sur la fonction de la littérature. Il détache la poésie de la science et de la morale. La poésie pour lui a pour but la beauté en soi, non pas la vérité.

Les poèmes de Charles Baudelaire