L’Invitation au Voyage

Charles Baudelaire

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire

Imprimer ce poème

15 commentaires sur “L’Invitation au Voyage”

  1. taj

    dit :

    Quelle belle métaphore filée du rêve mélangée aux voyages de la femme avec un peu d’érotisme sans trop déborder – aimer et être aimé.

  2. Othman

    dit :

    À Lauren : 19ème siècle

  3. Lauren

    dit :

    Quelqu’un peut me dire de quelle année ou quel siècle est ce poème svp ?

  4. Dior

    dit :

    Super beau poème ! J’adore !

  5. Christophe

    dit :

    Pour répondre à la question sur l’utilisation du terme « ma sœur  » dans le poème cela n’a pas de connotation incestueuse mais est à comprendre comme mon double, mon miroir, mon âme soeur.
    C’est une expression utilisée au 19ème à la période romantique. A retrouver aussi à la fin du poème « À celle qui est trop gaie » qui n’est pas sur ce site je pense.

  6. Je veux écrire un message

    dit :

    Je trouve ce poème très beau et très sentimentale

  7. blaire

    dit :

    il est magnifique, je le kiff 🙂 😉

  8. MouMou

    dit :

    Excellent ce poême, je kiffe !

  9. aby

    dit :

    Magnifique…

  10. jan vandeputte

    dit :

    Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi il appelle sa bien-aimée « sa soeur »? Qu’il l’appelle « son enfant », j’arrive à accepter l’idée qu’il serait amoureux d’une femme beaucoup plus jeune que lui. Il se pourrait donc qu’il veuille donc partager son expérience avec elle. Il arrive en effet qu’une jeune femme tombe amoureuse d’un vieux schnock… Mais qu’un homme amoureux appelle sa bien-aimée « sa soeur »…brrr
    A moins que, bien sûr, « L’invitation » ne soit pas un simple poême d’amour, mais un texte qui est rédigé par un poète expérimenté et qui s’adresse à l’âme soeur… Et là, tout devient clair. L’Invitation tout comme L’Albatros nous parlent de la poésie et du poète.

  11. le cancre

    dit :

    c’est trop nul

  12. Hamza Abbou

    dit :

    Oc’est très jolie ce poème, ça me fait me rappeler de mon cher professeur Nourddine Bendriss.

  13. Benjamin

    dit :

    je l’est appris en Cm2 il je le reapprends en 5ème je l’adore

  14. helena

    dit :

    ouah! *_*

  15. gilbert

    dit :

    O franchement c’est trop cool frero moi je dis continue Baudelaire ça fera du bien je te le dit!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *