Pont du Diable

Villebramar

« Alep Est n’existera plus dans quelques mois »
Le représentant des Nations Unies.

Je ne sais pas qui tient les orgues barbares de la nuit,
cette nuit
où les fils de Satan attendent de poser la dernière pierre,
Déjà se pressent les damnés de la Vingt-Cinquième heure.

Billevesées dit l’esprit fort.
Qui peut savoir ?
Le pont du diable, son arche inachevée
Le pont d’Avignon et ses danseurs de volcans
Que les créatures de dieu se comptent !
Déjà se pressent les damnés de la Vingt-Cinquième heure.
Il y a des pleurs et des grincements de dents.

Qui tient les orgues barbares de la nuit, cette nuit ?
Nos chercheurs ont inventé de nouvelles armes
passent dans le ciel des vaisseaux porteurs de mort
les pierres, les pierres même d’Alep en tremblent.
Ce n’est pas de la vingt-cinquième heure qu’il s’agit
mais de la deux-mille ou trois-mille ou dix-millième heure
pour les damnés de la terre.
Oui, nos chercheurs inventent de nouvelles armes.
Grâces leur soient rendues, il n’y a plus un seul pont du diable debout.

Qui tient les orgues barbares de la nuit, cette nuit ?
Il pleut sur Alep des langues de feu
sur les créatures de dieu, les damnés de la terre, les danseurs de volcans du pont
d’Avignon.
Non, il ne reste plus de pierre.
Sur les pierres.

Que chantent, chantent, et résonnent les orgues barbares de la nuit.
Cette nuit.

Villebramar, octobre 2016

Imprimer ce poème

6 commentaires sur “Pont du Diable”

  1. pascaldine

    dit :

    Vraiment génial digne de Jean Lassale

  2. lambert

    dit :

    Un écrit fort puissant, superbe mais si réelle.

  3. E.D

    dit :

    Aussi puissant que beau, ce poème est tristement réaliste ! Bravo! Et merci de nous l’offrir en partage ! Méditons le au son des orgues de nos cathédrales et il n’en résonnera que plus puissamment encore…

  4. villebramar

    dit :

    Très ému par vos commentaires, amis lecteurs, un grand merci de villebramar.

  5. Papyboul

    dit :

    Qu’on est loin du chanteur de rue avec son orgue de « barbarie » (en fait de « Barberi ») qui lançait sa complainte pour la grande joie des badauds! Ici c’est la barbarie à l’état pur orchestrée par les « soi-disant » puissants de ce monde (au dessus de tous les dieux de la Terre) pour le plus grand malheur des peuples du monde. Poème super puissant qui donne envie de hurler sa colère.

  6. Purple

    dit :

    Wouah c’est géant comme poésie … Vraiment très beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *