Nacera

Villebramar

« mais dehors les femmes portent toujours
l’amande amère et fermée de leurs sexes incrustés
entre le duvet velouté de la mort et le feutre flamboyant de l’extase
 »
Rachid Boudjedra

comme si nous nous aimions

C’est un jeu

la nuit est couleur de fauve
tu es belle
si belle que j’en oublie

j’en oublie les hommes riches
qui ce soir
ou bien demain, ou plus tard

tu me dis

comment tu leur fais l’amour
mais si ce soir le faisons :
pas comme eux !

comme si nous nous aimions

c’est un jeu

j’ai très peur
de ce jeu

le voyage n’a qu’un temps
tant qu’il dure
regarde le ciel est rouge
et les ombres
qui auront un goût amer
tout à l’heure

demain ayant disparu
personne ne nous saura, Nacera

tous les deux à la dérive

comme si nous nous aimions

Villebramar, 2015

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *