L’automne

Alphonse de Lamartine

Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L’air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d’un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu’à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme, et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques

11 commentaires sur “L’automne”

  1. oncle Bob

    dit :

    Cette âme que j’ignore, me répondra peut-être… quand je serai mort.

  2. chacha

    dit :

    Date ?

  3. danilie

    dit :

    encore un poème que j’apprenais dans mon enfance…mais que c’était long à retenir! car le maitre nous désignait au hasard pour réciter…nous devions donc tout apprendre par coeur!! malgré tout, je garde de bons souvenirs de ces beaux poèmes…nostalgie de l’école primaire…

  4. alword

    dit :

    Si l’on y met une musique de notre choix ce poème devient un tableau, un rêve…un univers que l’on aimerait toucher du bout du doigt. On y reste un bon bout de temps pour notre plus grand plaisir ^^.

  5. BEN BEN

    dit :

    Pour un nostalgique, il n y pas meilleur souvenir d’enfance que sur les bancs de l’école.

  6. gomi

    dit :

    A hello….

    L’été ayant expiré
    Par l’automne se remplace;
    Les champs et les bois déflorés
    Par un tapis jaune s’en lacent.
    L’azure bleu et la canicule, choses du passé,
    Par la brume et la mélancolie sont encensés,
    S’endeuille la nature au coeur
    Et le ciel verse ses pleurs.

  7. hello

    dit :

    je cherche un poeme sur l’automne un quatrin mon premiere vers :ah!l’automne!l’automne a fait mourir l’été!il faut que je fasse des rimes suiviescroisee ou embrasser aidez moi svp !!

    merci d’avance

  8. bobobegood

    dit :

    1 tu peux parler de la prépondérance du champ lexical de la vie et de la mort/départ
    2 tu développe le fait qu’il s’assimile lui même a une entité naturelle qui dépérit avec l’automne. Parle aussi du fait qu’il accepte cette « mort » en voyant la beauté de l’instant présent

    j’éspère t’avoir aider un peu

  9. automne

    dit :

    j’adore la facilité qu’il a dans les mots… on croirait qu’il parle et au final il y a des rimes!!!

  10. leila

    dit :

    je vous conseille de lire ce poeme

  11. leila

    dit :

    c’est un tres joli poeme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *