Je n’ai plus que les os

Pierre de Ronsard

Je n’ai plus que les os, un squelette je semble,
Décharné, dénervé, démusclé, dépulpé,
Que le trait de la mort sans pardon a frappé,
Je n’ose voir mes bras que de peur je ne tremble.

Apollon et son fils, deux grands maîtres ensemble,
Ne me sauraient guérir, leur métier m’a trompé ;
Adieu, plaisant Soleil, mon oeil est étoupé,
Mon corps s’en va descendre où tout se désassemble.

Quel ami me voyant en ce point dépouillé
Ne remporte au logis un oeil triste et mouillé,
Me consolant au lit et me baisant le face,

En essuyant mes yeux par la mort endormis ?
Adieu, chers compagnons, adieu, mes chers amis,
Je m’en vais le premier vous préparer la place.

Pierre de Ronsard

Imprimer ce poème

24 commentaires sur “Je n’ai plus que les os”

  1. isabelle paugamme

    dit :

    Le poète est en réalité déjà mort dans ce poème, il se décrit ici en tant qu’homme mort. Toujours regarder le moins évident dans un poème !

  2. Monsieur Jacquenot

    dit :

    Ce texte est un hommage au poète et à la poésie, il n’exprime aucune peur, il est enthousiaste et se donne une dimension presque héroïque. Prenez juste la pointe du sonnet, (Sonnet qui est une forme contractée pour une explosion de sens.) Ronsard écrit « Je m’en vais le premier vous préparer la place! » Il se met en avant. Si vous n’êtes pas convaincu, regardez juste combien de fois le poète est sujet de l’action ? C’est simple il l’est tout le temps. De plus il atténue complètement la violence de la mort. Prenez la sonorité du vers « Mon corps s’en va descendre où tout se désassemble » c’est très beau et très doux. Et si vous titillez un peu vous pourrez trouver une dimension méta textuelle. Bon courage si vous devez analyser ce texte.

  3. Mickael

    dit :

    Oui c’est bien un poème lyrique car le poète exprime un sentiment, la peur.

  4. Alycia

    dit :

    Pouvez-vous m’aidez à analyser la plainte du poète?

  5. canestri

    dit :

    Il est juste dans son lit, malade, sachant que la mort est proche et, devant la peur de cette inconnue, il écrit ce poème.

  6. Junior

    dit :

    Dans quelle circonstance écrit-il ce poème?

  7. @Yuzu

    dit :

    Ronsard semble se consoler en évoquant pour la première fois dans le poème une conception plus spirituelle d’une vie après la mort. Il insinue en effet au dernier vers que ses amis le retrouveront dans l’au-delà : « Je m’en vais le premier vous préparer la place » (V.14). C’est toutefois une chute ambiguë, car on ne sait pas vraiment si « la place » se rapporte au paradis ou à la tombe. Il y a donc effectivement une chute à ce sonnet.

  8. bounty

    dit :

    c’est un poème autobiographique, Ronsard nous dévoile une partie de sa vie dans des rimes émouvants.

  9. Peperelolo

    dit :

    Pour un commentaire littéraire, vous prenez quels axes ?

  10. fiona

    dit :

    Ce poème se compose de 2 quatrains et de 2 tercets.Les rimes sont embrassées.Chaque vers compte 12 syllabes,ce sont des alexandrins.Enfin ce poème est un sonnet,la forme la plus classique de la renaissance. 🙂

  11. Zak5002

    dit :

    Quel est le temps de conjugaison principal utilisé et pourquoi ce choix? Merci

  12. José

    dit :

    Apaulinaire tu nous fait de la philosophie?!

  13. RUGAMBA GAGA

    dit :

    Superbe…

  14. laurent

    dit :

    sonnet à l’italienne ou à la française ?

  15. Marine

    dit :

    C’est un poème Lyrique n’est ce pas ?

  16. Apaulinaire

    dit :

    Pétrarquien, c’est à dire deux quatrains et deux tercets. Un sonnet shakespearien est de trois quatrains en rimes embrassées suivies de deux vers en rimes plates qui forment la chute ou du moins une transition. Un sonnet est en deux parties: la séparation se fait entre les quatrains et les tercets pour le sonnet pétrarquien, et entre les quatrains et les deux derniers vers pour le sonnet shakespearien. On voit ici, par exemple, qu’il ne parle que de sa décrépitude dans les deux quatrains, tandis que, bien qu’il reste dans la même ambiance, il mentionne la présence de ses amis dans les deux tercets, ainsi que la vie après la mort, ce qui ajoute l’espoir absent au début du poème. Ce poème a été écrit en 1585, peu avant sa mort. Il paraît dans un recueil posthume intitulé « Derniers Vers ».

  17. personne

    dit :

    Ce type de poème est un sonnet 🙂

  18. Buddy

    dit :

    La chute est plus profonde : c’est une chute pleine d’espoir avec la croyance en la vie éternelle et la réunion au paradis de Ronsard et ses amis

  19. Poetica

    dit :

    Non, c’est « le face »… il s’agit d’ancien français…

  20. Mathilde

    dit :

    Dans le vers 11 ce n’est pas le face c’est la face

  21. rarahu

    dit :

    Il fait partit de quel recueil? et en quelle date à t-il était écrit ?

  22. Yuzu

    dit :

    Pas de chute? Un sonnet sans chute n’est pas un sonnet. La chute n’est pas surprenante, mais présente : « Je m’en vais le premier vous préparer la place » P. de Ronsard conclut son poème par sa mort tout simplement.

  23. Lyly

    dit :

    C’est un sonnet.C’est caractéristiques sont que :
    -il y a 2 quatrains (strophe de 4 vers) et 2 tercet (strophe de 3 vers) donc il y a 14 vers.
    -il y a des rimes embrassées et plates.
    -c’est un poème en alexandrin (il y a 12 syllabes dans chaque vers).
    -souvent il y a une chute mais là il n’y en a pas.

  24. tocquer

    dit :

    Comment s’appelle ce type de poème?
    Quelles en sont les caractéristiques?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *