Tu es plus belle que le ciel et la mer

Blaise Cendrars

Blaise Cendrars, Feuilles de route, 1924

17 commentaires sur “Tu es plus belle que le ciel et la mer”

  1. C’est Elle

    dit :

    Il était une fois un poète enchanteur, un authentique romantique, marin sur les bords, à tribord à babord, entre vents et marées.. il dort maintenant dans une étoile à son nom, comme Blaise Cendrars qu’il admirait, et il chante avec les anges « Il y a le ciel, le soleil et la mer.. » et plus si affinités.. pour l’éternité, c’est François Deguelt.

  2. stellastar

    dit :

    On part souvent par obligation plus que par choix… Vers un travail, des êtres différents… On laisse souvent l’amour derrière soi espérant qu’un jour il vous retrouve… certains se perdent à attendre de se trouver d’autres partent se sentant incomplets. Quand on aime… il faut bouger…

  3. molièrette

    dit :

    Peut-être que « quand » signifie ici « alors que »:
    « alors que j’aime, il faut que je parte…ou… je dois partir alors que j’aime » soulignant ainsi le contraste, l’opposition, le conflit intérieur!

  4. Remi

    dit :

    Le poète capte et décrypte ce qui nous entoure, ce qu on vit sans pouvoir y mettre un mot. Cendrars aime une femme, mais part. Sur son bateau, il vibre. Il ressent une mélancolie toute puissante… il aime, part et sent toutes les parties de son corps, il voit les éléments autour de lui, out est beau, il est au sommet des sensations. « Quand on aime il faut partir » me suit, me transforme… Je lis et retranscrit cette vérité de manière différente au fil de ma vie… Vive l’amour !

  5. MrChatNoir

    dit :

    C’est l’un de mes poèmes préférés. Mais il est vrai qu’il est très dur à commenter (j’ai déjà essayé en cours) tant ce qu’il avance est contre-intuitif voire paradoxal : aimer c’est unir et non séparer normalement. Plusieurs choses :
    1) La question de déterminer s’il s’agit d’un voyage ou non est une fausse question. Pour Cendras, la vie est un voyage. Certes, la vie pourrait-être autre chose : installation, routine, sédentarisation, mais elle ne serait pas alors authentiquement vie. Voyager c’est vivre; mais surtout vivre cela doit être voyager.
    2) Je pense qu’ici Cendras est véritablement radical ce qui est pour nous quasiment intolérable. Il ne dit pas seulement laisse libre les autres , parts et reviens. Il parle il le semble d’une séparation radicale: aimer c’est apprendre à se séparer à aimer la perte. C’est en quoi je trouve que ce poème à non seulement quelque chose de mystique mais aussi d’une certaine manière d’hégélien.

  6. Chris

    dit :

    Et si cet ode au voyage était un ode à la vie….
    Tu l’aimes, tu vis, tu travailles, tu observes et un jour tu dois « partir ».
    Un texte rempli de mystères…

  7. BR

    dit :

    Ce texte est une des premières «lettres océan» que Blaise Cendrars envoyait à la femme qu’il aimait, Raymone Duchateau (qu’il épousa 25 ans plus tard) alors qu’il partait en voyage au Brésil. Il vient d’embarquer à bord d’un bateau pour un long voyage, vers quelque chimère de vie tropicale qui ne se concrétisera pas complètement…

    On peut donc tout à fait prendre le poème au pied de la lettre : il quitte une femme aimée pour découvrir un pays neuf, où il rêve de faire fortune (vendre, acheter, revendre); mais avec l’esprit poète de Cendrars, ce rêve est une chimère…

    Il laisse aussi derrière lui femme et enfants (il s’est marié pendant la guerre avec Féla, dont il a trois enfants…). Femme, enfant(s), amante… Tout y est.

    C’est aussi une belle lettre d’amour pour Raymone, a qui le poème est envoyé : promesse d’une vie pleine d’imprévue, pleine de rencontres et de joie de vivre. Je suis parti, mais je suis là, promet le poète…

  8. RUben

    dit :

    C’est un poème intriguant, Je pense que Blaise voulait insister sur l’amour avec une anaphore du verbe aimer, Le poème et structuré avec notamment une césure a l’hémistiche (vers coupé en deux) Quand tu aime,,,Il faut partir

  9. Andrea

    dit :

    Ça n’a rien avoir avec le voyage au sens propre mais plutôt le voyage que représente La Vie.
    Les nombreuses répétions de mots : »homme femme femme homme » «  »je vois la bouche que je connais.. » sont je pense une référence au cycle de le vie qui est un perpétuel recommencement, une routine.
    Mais pourtant on y trouve des sensations unique tel que l’amour, et il veut transmettre ce message fort qui consiste à dire que malgré tout ça vaut la peine d’être vécu.
    On est tous au moins d’accord pour dire que c’est un très beau poème qui continu de nous intriguer.

  10. Coline

    dit :

    Oh que si, c’est bien du voyage !

  11. michel

    dit :

    Un des plus beaux poèmes de langue française, peut-être le meilleur du XXème siècle. Il dit tout du monde, de la vie, des rapports sociaux, de la beauté du monde et de la vie, du mouvement nécessaire, de l’amour force motrice du monde et de la vie. Tout ça dit avec l’inimitable sobriété de Cendrars, l’éternel voyageur qui fuyait aussi bien l’amour que le monde ou lui-même, dans une course éperdue de steamers dont il laisse le parfum en héritage. Mais ni lui ni personne n’aura jamais synthétisé le tout en quelques vers, aussi modestement, sans donner l’air d’y toucher. Déclaration d’amour bien sûr, d’amour de l’autre, de la vie, et du monde.

  12. Nicole

    dit :

    si on aime vraiment on est libre, on laisse libre , il s’agit de confiance, on part tout en sachant que l’on reviendra, si on aime d’un amour gratuit on ne possède pas, on aime et l’on respecte la liberté de vivre, en faisant confiance à l’amour qui réunit malgré l’éloignement, qui se nourrit de la richesse d’une vie réciproquement vécue.

  13. Sacha Samygin

    dit :

    Si c’est pas du voyage, c’est de l’aventure et la fuite de la routine!

  14. Chris 59

    dit :

    Ça à tout à voir avec le voyage, ce qui fait fourmiller les jambes… Aimer c’est partir continuellement, s’offrir entièrement au monde qui s’ouvre devant soi.

  15. La belle gosse

    dit :

    ça n’as peut être aucun rapport avec le voyage, mais c’est très beau!

  16. gursel degirmenci

    dit :

    C’est un très grand poete. Il n’est pas marin mais il connait bien la navigation. J’adore ce poeme que raconte le marin…

  17. mimidu33

    dit :

    ça n’a pas vraiment de rapport avec le voyage, si ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *