L’Etrangère


Il existe près des écluses
Un bas quartier de bohémiens
Dont la belle jeunesse s’use
À démêler le tien du mien
En bande on s’y rend en voiture,
Ordinairement au mois d’août,
Ils disent la bonne aventure
Pour des piments et du vin doux

On passe la nuit claire à boire
On danse en frappant dans ses mains,
On n’a pas le temps de le croire
Il fait grand jour et c’est demain.
On revient d’une seule traite
Gais, sans un sou, vaguement gris,
Avec des fleurs plein les charrettes
Son destin dans la paume écrit.

J’ai pris la main d’une éphémère
Qui m’a suivi dans ma maison
Elle avait des yeux d’outremer
Elle en montrait la déraison.
Elle avait la marche légère
Et de longues jambes de faon,
J’aimais déjà les étrangères
Quand j’étais un petit enfant !

Celle-ci parla vite vite
De l’odeur des magnolias,
Sa robe tomba tout de suite
Quand ma hâte la délia.
En ce temps-là, j’étais crédule
Un mot m’était promission,
Et je prenais les campanules
Pour des fleurs de la passion

À chaque fois tout recommence
Toute musique me saisit,
Et la plus banale romance
M’est éternelle poésie
Nous avions joué de notre âme
Un long jour, une courte nuit,
Puis au matin : “Bonsoir madame”
L’amour s’achève avec la pluie.

Louis Aragon, Le Roman inachevé

3 commentaires sur “L’Etrangère”

  1. peyrefitte a dit :

    15 juil 14 à 14:31

    Je dis à tous les internautes lisez, lisons la poésie, chantons le jour, chantons la nuit ces mots qui confortent l’esprit. Les poètes sont des passeurs, ils nous transportent et c’est ainsi, nous apprennent le coeur et l’esprit….

  2. Jacques thibodeau a dit :

    21 oct 13 à 7:49

    Je suis surpris, j’ai entendu ce poème dit par Yves Montant et je ne savais pas qu’il était d’Aragon.
    Comment en 62 ans d’existence ais-je pu passer à côté de ce maître. Ce n’est que ce soir que je le découvre. C’est comme la première fois que j’ai bue de l’hydromel. Une ivresse qui goutait le miel.

  3. Gilles S. a dit :

    24 mai 13 à 12:09

    Y’en a qui ont l chance (et j’en connais) d’avoir vu sur scène Yves Montand chanter ce texte ! C’était magnifique, tant il a fait vivre les mots d’Aragon, par sa prestation.


Laisser un commentaire