Voyage à Cythère

Antoine Livic

Navigant solitaire au gré du vent mauvais,
Vaisseau désemparé dérivant dans la brume
Déchirée par une plainte qui ranime l’amertume,
J’ai vu l’éclat d’un phare surgir d’un nuage épais.

Dans le ciel de ma nuit vous étiez mon étoile,
Je suivais votre cap pour aller jusqu’au port
Chercher auprès de vous chaleur et réconfort.
Nous voguions vers Cythère sans bateau et sans voile.

Ensemble sur cette île où séjournaient les dieux,
Ignorant les caprices du temps et de la vie,
Nous moquant des tempêtes et riant sous la pluie
Nous goûtions les doux fruits de l’Arbre merveilleux.

Dans l’oasis de paix aimant jusqu’à l’ivresse,
Buvant jusqu’à la lie le calice de l’oubli
“Adieu chagrin, tristesse, laideur des jours d’ennui !”
Sans hâte, nous allions vers les soirs de tendresse.

Un seul regard suffit pour partir en voyage.
J’ai cru lire dans vos yeux ces désirs très secrets,
Des rêves inassouvis dans la soif du parfait,
Mais vous êtes passée, vous n’étiez qu’un mirage !

Antoine Livic, Chants d’écume suivi de fleurs fanées, 2017

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Voyage à Cythère”

  1. Frughkhdhjf

    dit :

    Très beau

  2. Tobisz

    dit :

    Ce poème est vraiment très beau. Felecitations!

  3. lululu

    dit :

    beau poeme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *