Champ de bataille

Sandrine Davin

L’herbe foulée
Par trop de va-et-vient
Se teinte de foncé.
Le bruit des grenades
Dégoupillées
Résonnent dans la plaine.
Des habits rongés
Par les mites
Froissent la peau
De ces hommes.

Des douilles caressent
Le sol
Où dorment des buissons
En fil barbelé.

Sandrine Davin

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *