Pour une belle inconnue

Antoine Livic

La ville s’éveillait, on ouvrait les barrières.
J’ai vu entrer une femme, étoile dans ce faubourg,
Illuminant ma nuit mieux que l’astre du jour
Ne fait éclore dans l’aube une rose trémière.

Ayant passé le pont, dans l’ombre de la Tour
Elle apparut soudain, grande, noble et altière.
Son visage rayonnant baignait dans la lumière
Qui donnait aux choses la douceur du velours.

Un éclair de ses yeux vint blesser ma paupière
Allumant dans mon coeur une passion singulière
Et fit naître ce chant d’un pauvre troubadour :

« Quel sort m’as-tu jeté, princesse ou bien sorcière,
Pour que ma vie ne soit qu’espérance et prière
Pour toi, belle inconnue dont j’attends le retour ? »

Antoine Livic, Chants d’écume suivi de Fleurs fanées, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *