Fleur de bonheur

Antoine Livic

Voyageur éternel, je suis comme l’hirondelle
Qui plane dans l’azur vers les pays lointains.
Je quitte les froidures des hivers incertains,
Laissant les feuilles mourir je fuis à tire d’aile

Vers un autre archipel où mon coeur fugitif
Trouvera ce nouveau, qu’on recherche sans trêve
Sur une mer trop grande, dans une vie trop brève
Où l’île n’est que désir d’un bonheur trop furtif,

Mais peut-être qu’un jour, naufragé sur la grève,
Je connaîtrai la fleur qui vient hanter mon rêve
Et pousse dans un jardin aux couleurs d’arc en ciel.

Elle saura me garder et soigner ma détresse,
Elle sera ma princesse, mon horizon, mon ciel
Pour aller jusqu’au bout des chemins de tendresse.

Antoine Livic, Chants d’écume suivi de Fleurs fanées, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *