Étoiles de mes nuits

Antoine Livic

Par un matin laiteux où j’errais en maraude
Une femme inconnue a surgi du brouillard
En passant tout près d’elle, j’ai croisé son regard
Deux gemmes de saphir aux reflets d’émeraude

Bordées de longs cils noirs qui formaient un écrin
A des prunelles ardentes où brûlaient les paillettes
D’un or gris plus brillant que les mille facettes
D’un diamant ciselé par un outil divin

Dans un instant secret, cet éclair de lumière
A enflammé ma vie, morose et routinière
Me sortant pour toujours de ce mortel ennui

Depuis, dans le visage des ombres fugitives
Je cherche ces yeux pers, dont mon âme est captive
Et je les vois parfois, dans le ciel de mes nuits

Antoine Livic, Chants d’écume suivi de Fleurs fanées, 2017

Imprimer ce poème

Un commentaire sur “Étoiles de mes nuits”

  1. Maria Angelle

    dit :

    Absolument magnifique! Tellement vrai que parfois un regard, un corps croisés furtivement vous emporte loin… très loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *