Jour d’automne (Traviata)

Antoine Livic

« Godiam, fugace e rapido è il gaudio dell’amore, è un fior che nasce e muore, né più si può goder. » (Verdi)

L’Automne est arrivé à l’aube dans mon jardin
Il a flétri cette fleur hier encore épanouie
Qui me rappelait tant une jeunesse évanouie
Un bel amour d’antan, une ombre et un chagrin

J’ai connu avec toi les grands soirs d’Opéra,
Les aveux, les baisers, les bonheurs éphémères
Jusqu’aux bouquets mouillés de mes larmes amères
Le jour de ton départ, ma douce Violetta

Cantatrice adulée, tu as brûlé les planches
Et consumé ta vie, comme la rose sur la branche
Brille de mille feux puis meurt de tant d’ardeurs

Demain j’irai te voir, pour cet anniversaire
Posant sur ton lit noir, un camélia en pleurs
Pour toi qui dort voilée désormais sous un suaire

Antoine Livic, Chants d’écume suivi de Fleurs fanées, 2017

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *