Sonnet

Félix Arvers

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu :
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle suit son chemin, distraite et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas.

À l’austère devoir, pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle
 » Quelle est donc cette femme ?  » et ne comprendra pas.

Félix Arvers

Imprimer ce poème

8 commentaires sur “Sonnet”

  1. marie

    dit :

    Nous savons que c’est un sonnet quand il y a 2 quatrains (2 strophes avec 4 vers) et 2 tercets (2 strophes de 3 vers) mais il n’ya pas que ça…

  2. Andie

    dit :

    Comment savons-nous que c’est un sonnet ?

  3. Kenz

    dit :

    Bjr, es ce que quelqu’un pourrait me dire quelle est la date de publication de ce poeme ?

  4. Solène

    dit :

    Un très beau poème! Il m’a même fait pleurer!

  5. Ariou

    dit :

    Mon poème à moi, est écrit au masculin …

  6. Tinùviel

    dit :

    C’est aussi une image d’ignorance et d’innocence, car la personne ne se reconait pas.

  7. Malubungi

    dit :

    C’est un poème de haute inspiration qui prouve la grandeur d’âme du poète!

  8. Jérémie

    dit :

    Magnifique ! Enfin un poème sur l’amour non réciproque ! Quand on pense que les poètes sont censés être des êtres sensibles et tragiques, et pas forcément séduisant, on est surpris de trouver si peu de ces poèmes sur la souffrance muette devant le désir et la beauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *