Sécheresse passagère

Isaac Lerutan

votre mystère est double tant vos yeux vont de pair
avec vos élans insidieux, incendiaires
vos ombres se promènent sous chacun de mes pas
et votre étoile brille au delà des tracas

Quand l’orage est passé, vos silences qui me hantent
m’empressent de chasser votre cible émouvante
cachée sous les secrêts de vos sables d’automne
Vénus est à l’été ce que l’or est à l’homme

Que ce bonheur suprême à la démarche lente
sous votre ciel blessé fasse que l’on pardonne

Isaac Lerutan, 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *