Walcourt

Paul Verlaine

Briques et tuiles,
Ô les charmants
Petits asiles
Pour les amants !

Houblons et vignes,
Feuilles et fleurs,
Tentes insignes
Des francs buveurs !

Guinguettes claires,
Bières, clameurs,
Servantes chères
À tous fumeurs !

Gares prochaines,
Gais chemins grands…
Quelles aubaines,
Bons juifs-errants !

Juillet 1872

Paul Verlaine, Romances sans paroles (1874)

Imprimer ce poème

9 commentaires sur “Walcourt”

  1. dragpir13

    dit :

    Il est magnifique

  2. quelqu’un

    dit :

    Joli poème. Un peu de vocabulaire voyons ! Ce n’est la point digne de M. Verlaine !

  3. Trynokz

    dit :

    Magnifique

  4. Melode

    dit :

    Moi je ne comprend pas le poème malgré vos explications.

  5. Soufiane

    dit :

    Ce poème de Verlaine est un chef d’oeuvre. Formé de 4 strophes, chacune de 4 vers, avec des rimes croisées et une alternance entre rime féminine et masculine, ce poème sans verbe décrit la joie qu’éprouve Verlaine dans son voyage (gais chemins grand) avec son ami Rimbaud.

  6. mirco

    dit :

    Joli poème

  7. ZouZou

    dit :

    Ce poème raconte le voyage de Paul Verlaine avec Rimbaud dans un train et Paul Verlaine écrit petit à petit ce qu’il voit par la fenêtre de son wagon. Par exemple, il dit qu’il voit des briques et des tuiles au début et à la fin il voit la gare, ce qui signifie qu’il est arrivé.

  8. cherifi

    dit :

    Joli poème.

  9. malungu bénie

    dit :

    Joli poème !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *