15 commentaires sur “La Rose et le Réséda”

  1. lorenzo

    dit :

    Pourrais-je avoir de l’aide pour une étude sur les aliterations sur ce poème d’Aragon svp ?

  2. Otzi

    dit :

    des hommes nous sommes tous
    des humains dans la main
    de Dieu ou du destin
    nous suivrons le même chemin

  3. rachel

    dit :

    Ostracisme? Barbarie? Ode à la tolérance?
    Inutile d’aller chercher aussi loin mais plutôt observez comment louis Aragon parle de ces deux hommes qui ne se ressemblait pas, « celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas ». Le genre de commentaires du style « c’est beau » ou « tellement encourageant! » (sachant que je ne vois rien d’encourageant là-dedans) me hérisse le poil! (au sens figuré bien sur…)

  4. annick delpeut

    dit :

    ce texte d’une sublime beauté est une ode à la tolérance.
    Ces deux hommes ne sont pas de simples soldats, ils résistent
    contre la barbarie, le racisme, l’ostracisme, l’odieux.
    Leurs actes courageux ne sont pas fondés sur leurs croyances
    mais sur leurs valeurs morales et leur humanité.
    La spiritualité les habite tous les deux, quoique pourraient en
    dire certains fondamentalistes religieux.
    J’ai travaillé ce texte en classe et ne l’ai jamais oublié.
    Voilà un texte merveilleux à diffuser dans les collèges.
    L’étudie-t-on encore aujourd’hui ?

  5. rose

    dit :

    dimanche 11 janvier 2015
    magnifique poème tellement d’ actualité qui résume bien ce qui se mobilise tant de monde aujourd’hui

  6. serverin

    dit :

    Quoiqu on croit il faut faire un choix et pour aragon ce n est pas la foi qui doit nous guider

  7. peyrefitte

    dit :

    le destin de deux hommes propulsé dans l’universel par la grâce du poète…l’essentiel,le ciel de la poésie.

  8. Tartiflete

    dit :

    Je me souviens que j’ai appris ce poème en 5ème. Nous avions vu le film où Louis Aragon disait la poésie, le film était en noir et blanc. Je le trouvais trop beau ! On voyait les soldats qui couraient. Il m’avait bouleversé comme un autre film « Le renégat » qui m’a fait pleurer.

  9. tombola

    dit :

    Eh oui, comme quoi les horreurs comme les êtres infâmes ne sont pas toujours du même côté. Apprendre à regarder les choses tels quelles sont et non comme on a envie quelles soient…!

  10. HAMBURGER

    dit :

    Il s’agit d’un poème à la gloire de deux résistants fusillés par les allemands : Le communiste Gabriel Péri et le chrétien D’Estienne d’Orves,; unis dans la lutte contre l’occupant, alors que Pétain envoyait sa police pour traquer, torturer et livrer ces hommes aux allemands. Ne les oubliés pas.

  11. francine

    dit :

    tout simplement magnifique ! et tellement encourageant !

  12. capu

    dit :

    je trouve ce poème joli mais assez inabordable. Par contre j’aime beaucoup ce découpement des vers.

  13. sylvie

    dit :

    c’est aussi un poème etudié en primaire dont je n’ai retenu que le titre et le nom de l’auteur ainsi que ces deux vers : celui qui croyait au ciel, celui qui n’y croyait pas.

  14. Chawa

    dit :

    Je trouve aussi

  15. chocolate

    dit :

    Je trouve ça beau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *