Que j’aime le premier frisson d’hiver…

Alfred de Musset

Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume,
Sous le pied du chasseur, refusant de ployer !
Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume,
Au fond du vieux château s’éveille le foyer ;

C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier,
J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme,
Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume
(J’entends encore au vent les postillons crier),

Que j’aimais ce temps gris, ces passants, et la Seine
Sous ses mille falots assise en souveraine !
J’allais revoir l’hiver. – Et toi, ma vie, et toi !

Oh ! dans tes longs regards j’allais tremper mon âme
Je saluais tes murs. – Car, qui m’eût dit, madame,
Que votre coeur sitôt avait changé pour moi ?

Alfred de Musset

Imprimer ce poème

6 commentaires sur “Que j’aime le premier frisson d’hiver…”

  1. anonyme

    dit :

    C’est assez bien mais cela manque de quelque chose. Je ne sais pas de quoi, par exemple, un petit coup de peps et ça manque de rime. Un poème, ce n’est pas une façon de dire ce qu’on pense de l’hiver et penser ce que les autres aimeront, mais c’est d’ecrire ce qu’on aime. Signé une petite fille de 11 ans.

  2. DAPHNÉ ST-JEAN

    dit :

    De toute beauté…

  3. jade

    dit :

    j’aime bien mais quelque morceau un peu déprimant et le début boff !!!!

  4. lilas

    dit :

    Le début est vraiment le plus beau, le mieux senti , pour le reste boffff.

  5. lola

    dit :

    je n’ai pas aimé le début

  6. Pierre

    dit :

    La première strophe est vraiment « médiocre ». On sent bien qu’il rentre ds son sujet qd il rentre en ville. Il reste bien quelques clichés un peu ridicule (« dans tes longs regards j’allais tremper mon âme) mais les impromptus rattrapent (J’entends encore au vent les postillons crier / Car, qui m’eût dit, madame,
    Que votre coeur sitôt avait changé pour moi)
    Somme toute pas mal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *