Morts de Quatre-vingt-douze

Arthur Rimbaud

Morts de Quatre-vingt-douze et de Quatre-vingt-treize,
Qui, pâles du baiser fort de la liberté,
Calmes, sous vos sabots, brisiez le joug qui pèse
Sur l’âme et sur le front de toute humanité ;

Hommes extasiés et grands dans la tourmente,
Vous dont les coeurs sautaient d’amour sous les haillons,
Ô Soldats que la Mort a semés, noble Amante,
Pour les régénérer, dans tous les vieux sillons ;

Vous dont le sang lavait toute grandeur salie,
Morts de Valmy, Morts de Fleurus, Morts d’Italie,
Ô million de Christs aux yeux sombres et doux ;

Nous vous laissions dormir avec la République,
Nous, courbés sous les rois comme sous une trique.
– Messieurs de Cassagnac nous reparlent de vous !

Arthur Rimbaud

Imprimer ce poème

3 commentaires sur “Morts de Quatre-vingt-douze”

  1. Juste me

    dit :

    Si l’on comprend le contexte, on comprend mieux le poème et donc on a plus de facilité à l’apprendre.

  2. bataille emeline

    dit :

    Bonjour,
    je suis en cm2 et je dois apprendre ce poeme dur dur.Les phrases sont très difficiles à retenir.

    emeline

  3. debais

    dit :

    Je n’ai pas compris le dernier vers « messieurs de cassagnac nous reparlent de vous ! ». Sinon magnifique poème expriment magistralement la grandeur des sacrifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *