Une beauté de quinze ans enfantine

Pierre de Ronsard

Une beauté de quinze ans enfantine,
Un or frisé de maint crêpe anelet,
Un front de rose, un teint damoiselet,
Un ris qui l’âme aux Astres achemine ;

Une vertu de telles beautés digne,
Un col de neige, une gorge de lait,
Un coeur jà mûr en un sein verdelet,
En Dame humaine une beauté divine ;

Un oeil puissant de faire jours les nuits,
Une main douce à forcer les ennuis,
Qui tient ma vie en ses doigts enfermée

Avec un chant découpé doucement
Ore d’un ris, or’ d’un gémissement,
De tels sorciers ma raison fut charmée.

Pierre de Ronsard

Imprimer ce poème

10 commentaires sur “Une beauté de quinze ans enfantine”

  1. Mis

    dit :

    Un cœur déjà mûr en un sein verdelet !

  2. Lola

    dit :

    Magnifique, elle a raison Fanny, ce poème est vraiment très joli.

  3. carpe diem

    dit :

    Très beau poème! Je l’ai même pris pour mon anthologie poétique .

  4. Emile Louis

    dit :

    J’aime beaucoup ce poème

  5. fanny

    dit :

    Je trouve que ce poeme est tres emouvant, extraordinaire et magnifique et j’en suis sur que ce poete a tout donné pour ce tres beau poeme. Je ne suis pas du tout d’acord avec ghjk qui a dit que ce poeme etait pas tres bien, mais il a raison de dire que « chacun ses gouts ».

  6. Tinùviel

    dit :

    C’est vraiement envoùtant!
    J’adore ce poème!

  7. Morgane

    dit :

    qu’est ce que sa veut dire un cœur jà mûr en un sein verdelet

  8. Rafael le moche

    dit :

    Très beau poème ! (Raf pd)

  9. Vaillant

    dit :

    C’est super beau, le jour ou je trouve un poème comme ça dans ma boite au lettre, je l’épouse directe le mec!!!

  10. ghjk

    dit :

    Pas très bien pour moi . Mais après chacun ses goûts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *