Rose des sables

Villebramar

Laisse-moi oublier le chant du monde
la guitare de Atahualpa
la chanson de Joan Baez
et Ay Carmela par Alarcón
sur you tube.

Laissons s’éloigner le tumulte du monde
inlassablement intarissablement renouvelé relayé par les esclaves des demi-dieux
laisse-nous descendre à contre-courant la vie
les rejoindrons-nous plus tard,
après ?

Ne me laisse pas accepter
que s’éloigne le sourire de notre première rencontre
ton premier soupir
ta première larme
notre premier enfant
les roses de juillet autour du puits et nous deux
passants parmi les passants
d’un jardin de roses.

Laisse-moi entendre
ton premier soupir,

aimer, toujours,
ce moment d’hier où nous étions sur un chemin de sable
notre amour de sable
qui jamais ne garde de traces
mais nous leur souvenir sur le sable de la nuit.

Laisse-moi oublier
le chant du monde.
Ignorer
le tumulte du monde.
Écouter
ton premier soupir, ta première larme.

Laisse-moi garder seulement la trace
de nos premiers pas sur le sable

Villebramar, 2016

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *