Les clandestins

Kamal Zerdoumi

Des hommes pour la plupart
martyrs du hasard
par une nuit sans lune
sur des esquifs de fortune
commencent leur fuite incertaine
organisée par le passeur
alliance d’argent et de haine

On raconte qu’il est une terre
remède à leur malheur
où la satiété est reine
Femme, enfant, père et mère
laissés dans leur contrée lointaine
attendront
que par ces héros
l’abondance advienne

A vous qui faites ripaille
sourds aux damnés de la faim
à vous qui livrez
une inégale bataille
à ceux qui vous tendent la main
accueillez dans vos forteresses
un peu de leur grande détresse

Kamal Zerdoumi

8 commentaires sur “Les clandestins”

  1. sara elgourari

    dit :

    Ce beau poème m’a touché le cœur…

  2. laurette saucicette

    dit :

    J’aime bien ce poème.

  3. eddie

    dit :

    Ce poème est super, merci beaucoup…

  4. NADIA

    dit :

    On peut se lamenter sur ces tragédies humaines. Malheureusement c’est toujours les plus fragiles et toujours les pauvres gens qui font la tragédie de l’histoire. Que dieu punit les coupables.

  5. Arlette Harrison

    dit :

    Malheureusement d’actualité… Triste époque…

  6. Zerdoumi

    dit :

    Ce poème a été écrit entre 2011 et 2012, après la publication de « L’exil et la mémoire ». J’avais alors le projet d’écrire un recueil intitule « Indomptable espérance ». Finalement, j’ai écrit trente poèmes. Donc, « Clandestins » est né avant la tragédie des migrants – Syriens en particulier. Le point de départ en fut les clandestins qui transitaient par le Maroc avant de passer en Espagne ainsi que « le passeur », une nouvelle de Le Clezio.

  7. Arruna

    dit :

    Bonjour ! Pouvez vous me dire quand ce poème a-t-il été écris ? Merci d’avance !

  8. nadia

    dit :

    Très beau poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *