La barque de Maiakovski

Villebramar

« les coqs pleurent, qui a dit que les coqs chantaient ? »
Gabriel Okoundji

j’écris sur le silence de la mer
sur le sable noir, les coqs pleurent

j’écris, sous la dictée des dieux,
qu’après l’amour
la barque de Maiakovski se brise.

J’écris les oubliés
avant moi d’autres et après moi, après
vienne la nuit, le sable est noir et les coqs pleurent

après l’amour, qui a dit que les coqs chantaient ?

L’amour la mort comme avant moi tant d’autres
les oubliés
et tant d’autres après
dans le silence de la mer, les sables noirs

dormez amants,

après l’amour, l’amour se brise

***

j’écris sur le silence de la mer et les coqs pleurent
qui a dit que les coqs chantaient ?
dormez amants, après l’amour coule la vie
en fin se brise

la barque de Maiakovski

note de lecture :
« la barque de l’amour s’est brisée contre la vie courante »
Vladimir Maiakovski

Villebramar, 2016

Imprimer ce poème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *