Adieu

Alphonse de Lamartine

Oui, j’ai quitté ce port tranquille,
Ce port si longtemps appelé,
Où loin des ennuis de la ville,
Dans un loisir doux et facile,
Sans bruit mes jours auraient coulé.
J’ai quitté l’obscure vallée,
Le toit champêtre d’un ami ;
Loin des bocages de Bissy,
Ma muse, à regret exilée,
S’éloigne triste et désolée
Du séjour qu’elle avait choisi.
Nous n’irons plus dans les prairies,
Au premier rayon du matin,
Egarer, d’un pas incertain,
Nos poétiques rêveries.
Nous ne verrons plus le soleil,
Du haut des cimes d’Italie
Précipitant son char vermeil,
Semblable au père de la vie,
Rendre à la nature assoupie
Le premier éclat du réveil.
Nous ne goûterons plus votre ombre,
Vieux pins, l’honneur de ces forêts,
Vous n’entendrez plus nos secrets ;
Sous cette grotte humide et sombre
Nous ne chercherons plus le frais,
Et le soir, au temple rustique,
Quand la cloche mélancolique
Appellera tout le hameau,
Nous n’irons plus, à la prière,
Nous courber sur la simple pierre
Qui couvre un rustique tombeau.
Adieu, vallons; adieu, bocages ;
Lac azuré, rochers sauvages,
Bois touffus, tranquille séjour,
Séjour des heureux et des sages,
Je vous ai quittés sans retour.

Déjà ma barque fugitive
Au souffle des zéphyrs trompeurs,
S’éloigne à regret de la rive
Que n’offraient des dieux protecteurs.
J’affronte de nouveaux orages ;
Sans doute à de nouveaux naufrages
Mon frêle esquif est dévoué ,
Et pourtant à la fleur de l’âge,
Sur quels écueils, sur quels rivages
N’ai-je déjà pas échoué ?
Mais d’une plainte téméraire
Pourquoi fatiguer le destin ?
A peine au milieu du chemin,
Faut-il regarder en arrière ?
Mes lèvres à peine ont. goûté
Le calice amer de la vie,
Loin de moi je l’ai rejeté ;
Mais l’arrêt cruel est porté,
Il faut boire jusqu’à la lie !
Lorsque mes pas auront franchi
Les deux tiers de notre carrière,
Sous le poids d’une vie entière
Quand mes cheveux auront blanchi,
Je reviendrai du vieux Bissy
Visiter le toit solitaire
Où le ciel me garde un ami.
Dans quelque retraite profonde,
Sous les arbres par lui plantés,
Nous verrons couler comme l’onde
La fin de nos jours agités.
Là, sans crainte et sans espérance,
Sur notre orageuse existence,
Ramenés par le souvenir,
Jetant nos regards en arrière,
Nous mesurerons la carrière,
Qu’il aura fallu parcourir.

Tel un pilote octogénaire,
Du haut d’un rocher solitaire,
Le soir, tranquillement assis,
Laisse au loin égarer sa vue
Et contemple encor l’étendue
Des mers qu’il sillonna jadis.

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques

17 commentaires sur “Adieu”

  1. Sixtine

    dit :

    Super, mais trop long à apprendre.

  2. malungu bénie

    dit :

    Emouvant de malade, j’ai pleuré ADIEU ADIEU ADIEU ! Merci, ça me rappelle des choses qui me font pleurer de malade de quelqu’un qui est mort et qui comptait beaucoup pour moi. Ce n’est pas grave, ce poème est magnifique !

  3. Pour vous aider

    dit :

    Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)

  4. sylvie

    dit :

    voici, Coline, pour votre anthologie, s’il n’est pas trop tard, des notes trouvées dans mon recueil de poésies de Lamartine publié chez HATIER il y a fort longtemps :
    Ces vers, d’un tour aisé et nonchalant, qui rappellent le style des poètes légers du XVIIIe siècle (sauf la conclusion si large et si simple à la fois) ont été écrits par Lamartine en 1815, après un séjour à Bissy chez le comte de Maistre, oncle de son ami Virieu.

  5. Coline

    dit :

    Es-ce que quelqu’un aurait la date de publication et d’écriture de ce poème ? J’en ai besoin pour mon anthologie.

  6. Jujudululu

    dit :

    Tout simplement magnifique

  7. aurore

    dit :

    il est parfait ce poème

    juste les mots que j’avais dans la tête

  8. Florène Blme

    dit :

    Je trouve ce poème vraiment captivant, même si au début on se dit  » Il est long  » , on accroche vite et on a envie de le lire, relire, relire encore… Il est très bien écrit. J’adore.

  9. clementine

    dit :

    l’auteur devais avoir beau coup d’inspiration IM-PO-SSIBLE à retenir

  10. clementine

    dit :

    c très poétique

  11. lolman

    dit :

    cool mais si on me demande de la reciter….

    j en ai pour des heures

  12. misschoupachoups

    dit :

    un poème qui donne envie… l’envie d’aller ailleurs… mais qui exprime tout de même l’ennui du pays natale

  13. Mardirossian

    dit :

    je trouve que ce poème est très bien écris mais extrêmement long: impossible a retenir!!!!!!!

  14. mohcine

    dit :

    cette poeme exprime une vision universel

  15. leyla yenice

    dit :

    c’est trés bien mais c’est trés trés long :0
    😀

  16. loic

    dit :

    Un peu long mais très bien

  17. Nogues Maéva

    dit :

    Adieu est un récit très jolie même très poétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *